/news/world

Mobilisation mondiale contre Monsanto

Pour une agriculture sans OGM

Les militants du monde entier se mobilisent aujourd'hui contre Monsanto, cette puissante entreprise américaine qui possède 90% des semences génétiquement modifiées sur la planète.

Tout comme plus de 300 villes à travers le monde, Montréal, Québec et Sherbrooke organisent leur propre mobilisation.

(Agence QMI)

À Montréal

Plusieurs centaines de militants ont bravé la grisaille, à Montréal, pour protester contre les semences contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM) ainsi que contre Monsanto, grand producteur mondial de ce type de semences.

(Agence QMI)

Ils ont ainsi joint leur voix aux manifestants de plus de 300 villes d'un peu partout au monde en cette journée de mobilisation mondiale.

À Montréal, les protestataires se sont d'abord réunis au Square Dorchester avant de commencer à marcher, vers 14 h 30, pour se rendre jusqu'au parc Jeanne-Mance.

Dans la province, il y avait des rassemblements dans les villes de Sherbrooke et de Québec. Plusieurs grandes villes de l'Europe et de l'Asie se sont aussi mobilisées.

(Agence QMI)

Les militants réclament notamment l'étiquetage obligatoire des produits contenants des OGM alors que les plus ardents opposants souhaitent que tous les produits génétiquement modifiés soient complètement bannis au Canada.

«On est très ignorants des conséquences»

Alors qu'il devait y avoir une diminution des pesticides, l'agronome et agricultrice Andrée Deschênes dénonce que l'objectif n'a pas été atteint. Elle rappelle également qu'en créant les modifications génétiques, l'État de la science affirmait vouloir nourrir davantage l'humanité, mais que le résultat en est tout autre, puisque plus d'agriculteurs sont désormais dépendants de leurs fournisseurs.

«Il y a des recherches qui se font sur les effets des organismes génétiquement modifiés (OGM), mais il est très difficile d'optenir des conclusions à court terme et notre expérience avec ces plantes est trop brève», avoue l'agronome, en entrevue à TVA Nouvelles.

(Agence QMI)

Un lobby puissant

«Du côté des agriculteurs, c'est à la fois un outil qui a été bien adopté, bien diffusé, mais présentement ce serait difficile pour eux de retourner à une autre méthode. Ils sont pris dans une situation où ils n'ont plus d'autonomie quant aux semences et à leur principal approvisionnement pour produire», rajoute Mme Deschênes en expliquant que les décisions ne sont plus prises aujourd'hui dans l'intérêt général, mais sous la pression de lobbys.

Cette grande manifestation contre la firme Monsanto est en partie due à la problématique liée au Roundup, cet herbicide né il y a un peu plus de 30 ans, une exclusivité de l'entreprise pendant de nombreuses années.

Dès le départ, des publications affirmaient que des produits cancérigènes se trouvaient sur les plantes après l'utilisation de cet herbicide. «Ce n'était pas un problème à l'époque puisque les plantes étaient toutes détruites, mais avec les OGM maintenant, les plantes résistent au Roundup de sorte qu'il est présentement hébergé dans les plantes alimentaires qui viennent dans nos assiettes», explique Mme Deschênes.

Par cette manifestation planétaire, les organisateurs souhaitent une agriculture sans OGM et sans pesticide qui respecte les écosystèmes et la santé humaine.

Avec la collaboration de Jean-Marc Gilbert