/regional/quebec/quebec

Faut-il craindre l'Ultratrain de Lévis?

Tragédie de Lac-Mégantic

TVA Nouvelles

Depuis le tragique évènement qui a frappé Lac-Mégantic dans la nuit de vendredi à samedi alors qu'un wagon-citerne rempli de pétrole a explosé en plein centre-ville, la question du transport de produits pétroliers par voies ferroviaires se pose.

Et notamment à Lévis, où l'Ultratrain de la raffinerie Ultramar inquiète les personnes qui habitent à proximité des rails, même si le nombre de trajets a diminué depuis quelques mois.

L'Ultratrain a été mis sur les rails en 1996.

Il compte 68 wagons, il peut transporter jusqu'à 43 000 barils de produits pétroliers raffinés, cinq convois ferroviaires par semaine.

«J'aime autant rester loin de la "track". Parce que si ça déraille, on va y goûter», explique un riverain rencontré par TVA Nouvelles.

«Ça fait longtemps que ça nous inquiétait. Nous demeurons ici depuis environ dix ans et on voyait les trains passer. Heureusement, ce sont des trains qui passent lentement dans notre secteur, mais c'est tout le temps un danger», renchérit un autre.

Mais le déraillement de Lac-Mégantic ne fait qu'accentuer leurs craintes.

Malgré la création d'un pipeline qui achemine le pétrole vers Montréal, l'Ultratrain est toujours utilisé pour le transport de carburant dans les provinces maritimes, cinq à six fois semaine.

Infrastructures inappropriées

Selon Michel Lessard du comité de liaison d'Ultramar avec les citoyens, «sur le plan des infrastructures de transport, c'est inapproprié. Ce qui est vrai pour Lac-Mégantic, c'est aussi très vrai pour ici, entre Montréal et Québec, finalement, pour l'Ultratrain».

M. Lessard surveille les activités à Lévis. Il n'en revient pas que rien ne soit fait pour assurer la sécurité des citoyens.

«On continue à faire passer le train dans des agglomérations comme on le faisait au 19e. Alors, le parcours est tout à fait caduc et complètement dépassé», a-t-il expliqué.

«Il y a plein de matières dangereuses. Qui le sait? Qui fait quelque chose? Il appartient aux élus de faire des choses et aux élus municipaux d'être vigilants.»

Il souhaite que les gouvernements n'attendent pas qu'une autre tragédie se produise avant d'agir.

«Il appartient au ministère québécois de l'Environnement de mettre ses culottes, de développer des réglementations», conclut-il.

Lévis prête à agir

Rencontrées aujourd'hui, les autorités de la Ville de Lévis ont tenu à rassurer la population sur les mesures mises en place en cas de tragédie comparable à celle survenue à Lac-Mégantic.

«Tous les risques possibles et impossibles ont été évalués par toute l'équipe des mesures d'urgence. (...) Nous avons examiné tous les scénarios pour pallier à ce genre de situation si jamais ça arrivait», a déclaré la mairesse de Lévis, Danielle Roy-Marinelli.

En août 2004, l'Ultratrain avait déraillé à la hauteur de Lévis alors qu'il effectuait une liaison entre Saint-Romuald et Montréal. 18 wagons avait alors quitté la voie ferrée ce qui avait provoqué un déversement de diésel. Aucune personne n'avait été blessée.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie