/regional/sherbrooke/centreduquebec

Inquiétude chez les Sherbrookois

Explosions à Lac-Mégantic

Ghislain Allard

La direction de la compagnie Montreal, Maine & Atlantic Railway a confirmé que, quelques heures avant l'explosion à Lac-Mégantic, le même train est passé au centre-ville de Sherbrooke. Cette tragédie soulève une vive inquiétude chez les résidants du secteur.

«Le train est parti de Montréal pour se diriger vers l'est en passant par Magog, par Sherbrooke et par Lennoxville», a confirmé Christophe Journet, responsable des communications à la compagnie ferroviaire Montreal, Maine & Atlantic Railway.

Au centre-ville de Sherbrooke, la voie ferrée en question est installée juste à quelques mètres du marché de la Gare, à côté du lac des Nations. Elle longe sur une bonne longueur la piste multifonctionnelle utilisée par de très nombreux marcheurs et cyclistes.

Une autre voie ferrée passe au cœur du centre-ville. En face, de nombreux étudiants de l'Université de Sherbrooke habitent en résidence sur la rue Dépôt, à quelques mètres du chemin de fer. Le bar Le Siboire est pour sa part collé aux rails.

«C'est très inquiétant. Nous voyons beaucoup de trains passer par ici, a déploré Raphael Ventura, juste avant de traverser à pied la voie ferrée. Nous ne savons rien sur l'état des rails. Nous ne connaissons pas le contenu des wagons. Nous voyons que les convois sont très longs. Donc, il doit y avoir pas mal de chose là dedans. C'est très inquiétant. C'est une catastrophe qui peut donc se passer ici.»

Selon cet étudiant français qui fréquente l'Université de Sherbrooke, la voie ferrée ne semble pas très sécuritaire. «En France, les installations du genre sont bien entretenues. Ça ne semble pas être le cas ici», a-t-il ajouté.

Une autre étudiante habitant dans le secteur est sidérée d'apprendre que des convois transportant du pétrole puissent emprunter une voie ferrée passant en plein centre-ville de Sherbrooke. «C'est très surprenant. Je ne savais vraiment pas que les trains remplis de pétrole avaient l'autorisation de circuler au centre-ville où il y a une forte densité de population», s'est étonnée Élyse Boisliveau, stagiaire à l'Université de Sherbrooke.

Selon un autre passant, ce n'est pas le train qui soit dangereux, mais bien son contenu. «Il est certain que cette explosion en plein centre-ville soulève de l'inquiétude, mais cette tragédie m'amène à une analyse plus globale, a mentionné cet homme, en ajoutant que la désuétude de la voie ferrée est à la hauteur de l'état de toutes les infrastructures du Québec. Nous devons revenir au transport ferroviaire. À l'heure actuelle, le problème, c'est ce qui est transporté par le train. Il est clair que nous devons de plus en plus prendre une distance par rapport à la consommation de pétrole. Ce qui s'est passé à Lac-Mégantic, c'est aussi une catastrophe environnementale très grave. Imaginez le carbone qui est envoyé dans l'atmosphère à cause de cette catastrophe. Mais, avant tout, c'est très triste pour les gens de Lac-Mégantic.»

De l'aide en provenance de Sherbrooke

Depuis la catastrophe, 18 pompiers de Sherbrooke et quatre véhicules incendies ont été dépêchés sur les lieux et différentes équipes se relaient toutes les six heures environ.

Sous la direction du Service des incendies de Lac-Mégantic, la coordination du site a été confiée au directeur du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke, Gaétan Drouin.

Les membres du conseil municipal ont également fait part de leur tristesse face aux événements. «Nous souhaitons beaucoup de courage aux citoyens et citoyennes de Lac-Mégantic ainsi qu'aux équipes de secouristes sur le terrain», a dit le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny.

Dans la même catégorie