/news/homepage

Des trains en plein coeur des villes

Des citoyens inquiets

TVA Nouvelles

Les trains de marchandises parcourent tout le Québec en transportant notamment du pétrole et des matières dangereuses. Certains traversent de petites municipalités alors que d'autres le font dans de de grandes villes comme Montréal.

Dans la métropole, des trains sillonnent de nombreux quartiers de Montréal, souvent juste derrière des résidences.

Depuis la tragédie de Lac-Mégantic, on les remarque davantage.

«Voir la tragédie qui est arrivée là-bas, à Lac-Mégantic, ça fait réfléchir, c'est sûr», explique un jeune homme

Sur l'île de Montréal, une grande partie du trafic ferroviaire passe par la gare de Côte-Saint-Luc qui sera plus achalandée que jamais.

Il faut dire que le transport ferroviaire connaît une hausse fulgurante: 28 000% d'augmentation depuis 2009 pour le transport du pétrole.

Une petite pancarte interdit l'accès à la gare de Côte-Saint-Luc. TVA Nouvelles a pu y filmer de longues minutes avant que l'on nous demande de quitter les lieux.

La Mauricie s'inquiète

La tragédie qui frappe Lac-Mégantic soulève l'inquiétude dans les municipalités traversées par une voie ferrée. À La Tuque par exemple, la ville serait coupée en deux si un déraillement survenait.

Même le maire a pensé au pire. Il affirme avoir songé à ce qui aurait pu arriver si un tel accident s'était produit dans sa ville.

La voie ferrée passe non seulement devant des résidences, des commerces, mais même devant l'hôtel de ville.

Chaque jour, on compte au moins deux trains de marchandises. Il s'agit souvent de train transportant du bois, mais l'on voit aussi des matières plus dangereuses.

Durant le Festival western, les convois de marchandises franchissent à pas de tortue Saint-Tite; à pas plus de deux milles à l'heure,

En théorie aussi, le CN s'abstient, durant cette période, de faire transiter des produits dangereux.

Au lendemain de la catastrophe de Lac-Mégantic, le maire de Saint-Tite, André Léveillé, a ressorti du classeur le plan d'urgence et veut s'employer à le bonifier.

Qu'adviendra-t-il de l'Ultratrain

à Lévis, l'Ultratrain de la raffinerie Ultramar inquiète les personnes qui habitent à proximité des rails, même si le nombre de trajets a diminué depuis quelques mois.

Mis sur les rails en 1996, il compte 68 wagons et peut transporter jusqu'à 43 000 barils de produits pétroliers raffinés, cinq convois ferroviaires par semaine.

«J'aime autant rester loin de la "track". Parce que si ça déraille, on va y goûter», explique un riverain rencontré par TVA Nouvelles.

En août 2004, l'Ultratrain avait déraillé à la hauteur de Lévis alors qu'il effectuait une liaison entre Saint-Romuald et Montréal. 18 wagons avaient alors quitté la voie ferrée ce qui avait provoqué un déversement de diésel. Aucune personne n'avait été blessée.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie