/finance/finance

MMA, un mauvais investissement pour la Caisse

Perte de 7M$

Claudia Néron

La Caisse de dépôt et placement du Québec a perdu 7 millions $ en investissant dans l'entreprise impliquée dans le déraillement tragique à Lac-Mégantic.

Depuis 2008, la valeur de ses parts de 12,77% dans la Montreal, Maine and Atlantic Railway est considérée comme quasi nulle. Elle est passée de 7 millions $ à moins de 1000 $.

En 2003, lors de la création de la Montreal, Maine and Atlantic Railway, la Caisse a investi un montant de 14,7 millions $ dans l'entreprise américaine, soit 7 millions $ en capital-actions et 7,7 millions $ sous forme de prêt.

Si le prêt a été entièrement remboursé après la vente d'actifs par la compagnie, il en est autrement des parts en actions qui ne parviennent pas à trouver preneurs.

«On a tenté de vendre nos parts en 2011, mais ça n'a pas fonctionné, a expliqué la première vice-présidente Affaires publiques de la Caisse, Michèle Boisvert. Si bien qu'on a pratiquement radié cet investissement de nos livres.»

La valeur des parts de la Caisse dans MMA sous-entend que l'entreprise ne vaut qu'une bouchée de pain depuis 2008. Mais, la Caisse indique qu'on ne peut se fier à cette évaluation interne pour établir la valeur réelle de l'entreprise.

«Il s'agit simplement du montant que l'on a attribué à notre investissement», a souligné Mme Boisvert.

Le porte-parole francophone de la MMA pour la gestion de crise à Lac-Mégantic, Yves Bourdon, est un administrateur qui a été nommé au conseil de l'entreprise ferroviaire par la Caisse de dépôt et placement en 2003. Il s'agit d'un ancien gestionnaire du CN.

La Caisse explique que c'est la notoriété du président de Rail World, propriétaire de MMA, Edward Burkhardt qui l'a incité au départ à investir dans cette entreprise.

«C'était en 2003 et le transport ferroviaire était considéré à ce moment comme un secteur porteur. Ça semblait un bon investissement au départ», a dit Michèle Boisvert.

Dans la même catégorie