/regional/montreal/montreal

Un renard en liberté mord deux visiteurs

La Ronde

Un renard sauvage en liberté à La Ronde a mordu deux visiteurs ces derniers jours. La Santé publique met en garde la population de ne pas s'approcher de ces animaux qui peuvent être porteurs de la rage.

Le jeune canidé rôde près des manèges de La Ronde à la recherche de nourriture. En reniflant le bout des doigts qui lui sont tendus, il arrive qu'il confonde ceux-ci à une denrée.

C'est ce qui s'est passé avec Melissande, une adolescente de 13 ans qui vient de recevoir sa deuxième dose, de quatre, contre la rage. Elle s'est fait pincer par les dents de l'animal lundi soir.

«Le renard a approché, il voulait sûrement de la nourriture, mais je n'en avais pas. J'ai baissé ma main, puis il l'a sentie, mais je n'avais pas de nourriture, alors il m'a mordu la main, mais de façon quand même minime», raconte l'adolescente.

Ces photos prises par la mère de Melissande montrent que l'animal semble tout à fait adapté à son environnement, et que, contrairement à son instinct qui devrait lui faire éviter la proximité des humains, il s'en accommode fort bien.

Un comportement inhabituel, dont il faut se méfier, selon la Santé publique.

«Mais on croit, d'après les informations que l'on a sur le renard qui rôde autour, que c'est très peu probable que ce renard, en particulier à La Ronde, soit atteint de la rage, mais par précaution, parce que notre protocole nous dit très bien que quand c'est une morsure d'un animal sauvage, on doit effectuer une enquête», explique le Dr Paul Le Guerrier de l'Agence de la santé publique.

L'animal se tient proche du manège du Cobra, où il aurait sa tanière. Les buissons tout autour lui assurent une certaine quiétude, mais pas pour longtemps, car les agents de la faune ont été avertis par la Santé publique et pourraient intervenir bientôt.

La Ronde n'a pas voulu commenter cet incident. On nous a cependant écrit par message texte que le parc d'attractions est situé au coeur même d'un grand espace vert et qu'on se fie au jugement des visiteurs pour qu'ils n'approchent pas les animaux sauvages.