/regional/sherbrooke/centreduquebec

Relocalisation d'une vingtaine de sinistrés

Lac-Mégantic

La polyvalente Montignac de Lac-Mégantic n'est plus un lieu d'hébergement pour les sinistrés. Elle accueille ce soir son dernier «locataire» et la vingtaine de personnes qui n'ont toujours pas regagné leur foyer sont  maintenant relogées.

«Tout le monde est heureux de retrouver un peu d'intimité», a expliqué ce matin Denis Désilets, porte-parole de la Croix-Rouge.

M. Désilets a rappelé que le gymnase a été aménagé pour héberger d'urgence les sinistrés, mais que celui-ci ne représentait pas les meilleures conditions. «Il y a des inconvénients à être entassés dans un gymnase», a-t-il précisé.

Trouver un lieu pour accueillir une aussi grande quantité de gens a été un défi, mais la Croix-Rouge a le confort des gens à cœur.

Après avoir réuni les sinistrés peu après 19h ce soir, des solutions ont été trouvées pour chacun.

«La plupart des gens sont hébergés dans des hôtels ou auberges de Lac-Mégantic», a expliqué une autre porte-parole de la Croix-Rouge, Geneviève Déry. «Une seule personne est située dans un secteur un peu plus éloigné, à environ trente minutes de route d'ici.»

Mme Déry a également précisé que cinq personnes partageaient une roulotte constituée de plusieurs chambres indépendantes.

Une personne doit cependant encore dormir dans le gymnase de la polyvalente Montignac. «C'est une personne que nous n'avions pas sur nos listes», a précisé Geneviève Déry. «Mais dès demain, cette personne sera relocalisée dans un hôtel du secteur», a-t-elle continué.

La porte-parole de la Croix-Rouge a également indiqué qu'une réévaluation de la situation de ces sinistrés aura lieu tous les trois jours. «C'est vraiment du cas par cas.»

Attribution des dons

La Croix-Rouge a amassé plus de 3,8 millions de dollars en dons. «Lors de la fin de semaine, seulement les dons Internet ont été comptabilisés, donc lundi le chiffre sera plus gros», s'est réjoui Denis Désilets.

Demain, le gouvernement du Québec commence à donner 1000 chèques de 1000$ aux familles qui ont été évacuées. «Les programmes gouvernementaux vont couvrir des aspects importants, toutefois les besoins sont tellement diversifiés, affirme Denis Désilets. C'est pour cela que l'on demande des dons.»

L'attribution d'argent est gérée par un comité consultatif composé de représentants gouvernementaux, de la Croix-Rouge et des représentants municipaux. «On analyse les besoins pour mieux cerner les manques, voir ce qui n'est pas couvert par les programmes», a soutenu Denis Désilets.

Un rapport sera rendu public pour permettre à la population de savoir à quoi leurs dons ont servi. Selon le porte-parole de la Croix-Rouge, 95% des dons servent à aider les sinistrés. «Il n'y a que 5% qui sont utilisés pour les levés de fonds, lance Denis Désilets. Le côté administratif provient d'autres budgets. »

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie