/news/world

Québec exclu d'un concours photo du National Geographic

Complexité des règlements provinciaux

Marianne White

Les résidents du Québec sont exclus d'un concours de photo organisé par le prestigieux magazine National Geographic en raison de la «complexité» des règlements québécois en matière de concours. La Coalition avenir Québec (CAQ) estime que la situation est «gênante» et demande à la Régie des alcools, des courses et des jeux d'assouplir la loi.

Depuis qu'il est jeune, Francis Audet rêve de voir ses photos publiées dans le National Geographic. Le photographe de Québec a vu son rêve se réaliser l'an dernier quand un éditeur du magazine lui a acheté une de ses photos d'aurore boréale au-dessus du lac Saint-Charles pour la version en ligne du magazine.

Pas peu fier de cette réalisation, M. Audet a voulu tenter sa chance afin de participer à un concours international de photo, qui pourrait lui permettre de voir l'un de ses clichés dans la version papier du célèbre magazine.

Mais, en regardant les règlements du concours, il s'est aperçu que les Québécois étaient sur une liste noire. Dans ses règlements, le magazine spécifie que les résidents du Québec, du Vermont, du New Jersey, de Cuba, de la Corée du Nord, de l'Iran, du Soudan et de la Syrie sont exclus du concours.

«Ça m'agace. Je ne prétends pas gagner ce concours-là, mais j'aurais aimé pouvoir en soumettre quelques-unes», indique Francis Audet en entrevue.

«Le Québec a beaucoup plus à perdre de ne pas être admissible à ce genre de concours que ce que National Georaphic a à perdre de nous exclure, peu importe les raisons de l'exclusion», affirme-t-il.

Lois prohibitives

Dans un courriel, la responsable des communications pour le concours du National Geographic a fait savoir au Journal que certaines juridictions, comme le Québec, sont exclues des compétitions internationales en raison de lois trop «restrictives» et «prohibitives» qui rendent leur participation quasi impossible. Megan Heltzel a dit regretter de devoir limiter ainsi la participation de certains citoyens à ce concours.

La Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) ne partage pas son point de vue et soutient que la décision d'exclure les résidents du Québec est un choix d'entreprise. «Est-ce que c'est trop contraignant? Il faut voir pour qui. C'est une minorité d'entreprises qui font le choix de ne pas déclarer leur concours», souligne la porte-parole Joyce Tremblay.

La RACJ a autorisé 8866 concours l'an dernier. La Loi sur les concours publicitaires exige de remplir un formulaire et de verser un droit équivalent à 0,5 % de la valeur du prix attribué lorsqu'il s'agit d'un concours international - ce qui incite beaucoup d'organisations à exclure de facto le Québec.

Modifications réclamées

Le député de Chauveau, Gérard Deltell, a été choqué d'apprendre de son commettant que les Québécois étaient exclus d'emblée.

«Nous trouvons gênant, dommage et injuste que nos gens de talent ne puissent participer à ce concours», a dit le député de la CAQ en entrevue.

Son parti estime qu'il est temps de modifier les règles. «Il y a une différence entre un concours qui repose sur le hasard pur et celui qui honore le talent et le travail. La Régie devrait faire une distinction et assouplir les règles pour permettre aux Québécois de participer à ce type d'événement», indique M. Deltell.