/regional/sherbrooke/centreduquebec

Il pleure son ancienne gardienne disparue

Tragédie à Lac-Mégantic

La disparition de Lucie Vadnais laisse dans le deuil de nombreux enfants et parents, pour qui le souvenir de cette gardienne hors du commun est gravé à jamais.

«Je trouve ça terrible, a confié Benjamin, qui peine à retenir ses larmes. J'ai beaucoup de misère à comprendre ce qui arrive.»

«Sa deuxième mère»

Il y a deux semaines, Lucie Vadnais est disparue dans l'explosion qui a soufflé le centre-ville de Lac-Mégantic. Propriétaire d'une garderie en milieu familial depuis de nombreuses années, cette femme a été marquante dans la vie de plusieurs enfants, dont Benjamin, aujourd'hui âgé de 13 ans.

«C'était sa deuxième mère», sanglote sa mère, Josée Lemieux. C'est vraiment difficile.»

Benjamin n'avait que quatre ans lorsqu'il s'est fait garder par Lucie, mais ses souvenirs restent bien gravés dans sa mémoire. Puisqu'il habite sur la même rue, il avait continué de la côtoyer.

«Elle était très gentille, elle nous comprenait, se rappelle-t-il. On faisait toujours des activités, on allait manger chez McDo à notre fête.»

C'est d'ailleurs sa gardienne qui lui a montré à attacher ses boucles de souliers. Sur la table, l'album photos de son passage à la garderie illustre ces belles années si précieuses.

Une photo chaque année

«Elle a fait un album pour chaque enfant, c'était une perle, a ajouté Josée Lemieux. À chaque rentrée scolaire, elle tenait à avoir une photo de Benjamin.»

Depuis deux semaines, Mme Lemieux raconte que Benjamin vit très mal la disparition de Lucie.

«Il pleure beaucoup, et il a peur. Il ne veut plus aller au sous-sol tout seul», s'inquiète-t-elle.

Voisine de Lucie, Monique Broughton constatait chaque jour le bonheur des enfants à la garderie.

«Ils l'adoraient, c'était évident, jure-t-elle. Elle était passionnée de son métier. C'était un rayon de soleil.»

Depuis deux semaines, la sœur de Lucie Vadnais a d'ailleurs reçu la visite de plusieurs parents d'enfants qui se sont fait garder par Lucie au fil des ans.

«Elle était plus qu'une éducatrice, a indiqué sa sœur, Sylvie. Les parents sont émotifs, c'est très difficile pour tout le monde. Même ceux dont les enfants ne se faisaient plus garder là depuis des années.»

Pour les Vadnais, l'attente de la confirmation du décès est pénible.

«La première semaine a été vraiment difficile, et maintenant on souhaite qu'ils retrouvent son corps», a avoué sa sœur.

Retour des enfants

Également éducatrice en garderie, Sylvie Vadnais a recommencé à accueillir les enfants lundi dernier. Une présence qui la réconforte en ces temps durs.

«Les enfants apportent de la bonne humeur, dit-elle. Ça ramène de la joie de vivre.»

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.