/finance/finance

Les achats par internet font mal

Commerce de détail

Plus besoin de se rendre à Montréal ou à Toronto pour dépenser son argent lorsqu'on réside en région. L'achat en ligne connaît une croissance importante. Les commerçants de l'Abitibi-Témiscamingue, par exemple, doivent user d'imagination pour tenter de conserver l'argent en région.

Certains commerçants de l'Abitibi-Témiscamingue se tournent de plus en plus vers le web pour augmenter leurs revenus. C'est le cas de sept librairies indépendantes.

Selon l'Observatoire de la culture et des communications du Québec, les ventes des librairies indépendantes ont baissé de 4,2 % et leurs parts de marché est maintenant de 27,7 %, tandis qu'en 2011, elles se situaient plutôt à 31,9 %. Le consommateur se tourne vers les grandes surfaces ou l'achat en ligne.

Au boulon d'ancrage, Du Nord, En Marge, Galerie du livre, Papeterie commerciale Amos, Service scolaire de Rouyn et Servidec font partie du portail en ligne RueDesLibraires.com, une initiative des Librairies indépendantes du Québec (LIQ).

Avec ses 250 000 livres francophones dans leurs formats papier et numérique, le site transactionnel est l'un des joueurs les plus importants au Québec.

Pour la propriétaire de Galerie du Livre à Val-d'Or, Marlène Côté, les librairies indépendantes doivent s'ajuster aux nouveautés et à l'évolution du marché. «Il faut se battre pour continuer à garder notre chiffre d'affaires actuel. Dans le sens que ça tient encore debout et on n'est pas sur le point de fermer, mais ça a baissé beaucoup», a-t-elle affirmé.

Les ventes en ligne sur le site galeriedulivre.ca apportent un petit surplus de 10 % de ses ventes. Mais pour être membre du la LIQ, elle doit payer une cote. «Je ne suis pas sûre qu'on fait de l'argent avec ça; je pense que non, a-t-elle indiqué. Mais, au moins, ça garde notre œil ouvert.»

La vente de disques, plus difficile en ligne

Le disquaire indépendant Polyson, situé aux Promenades du cuivre de Rouyn-Noranda depuis 17 ans, a dû cesser ses opérations sur le web, car elles n'étaient pas rentables. «Il y a tellement de compétition là-dessus, ça n'a pas d'allure, a affirmé le propriétaire Richard Tessier. Je me vois mal me battre contre eBay.»

Afin d'être rentable, le seul disquaire de l'Abitibi doit diversifier son offre. «Il faut avoir des produits autres que le CD ou le DVD, a déclaré le propriétaire. On a beaucoup de vêtements, des accessoires, des affiches, des boucles de ceinture... On ne peut pas juste vendre du CD parce que je serais fermé depuis quelques années déjà.»

Le projet Senator pour contrer les fuites commerciales

À Rouyn-Noranda, les fuites commerciales concernent surtout le vêtement. Les citoyens en profitent de leurs visites dans les grands centres pour remplir leur garde-robe.

«Il y a des gens qui vont passer des week-ends à Montréal maintenant que les magasins sont ouverts sept jours par semaine. Ce n'est pas comme dans mon jeune temps alors que les magasins n'étaient pas ouverts le dimanche. Le mode de consommation a changé», a constaté le maire de Rouyn-Noranda et ancien président du SDC Centre-Ville, Mario Provencher.

Déposé en 2009, le projet Senator, projet majeur d'aménagement commercial de grandes surfaces, implique la construction de cinq magasins à grande surface de 40 000 pieds carrés sur les terrains du chemin Senator.

Plusieurs noms de compagnies circulent dans les rumeurs, notamment Best Buy, Future Shop, Winners, Home Depot, Sobeys et Metro.

«Plus que l'offre est intéressante, plus que les gens vont consommer sur place. Si les gens consomment à l'extérieur, c'est parce qu'on a un manque. Je sais qu'au niveau des dames, j'entends souvent : «on n'a rien ici, on n'a pas de choix». Senator, c'est pour essayer d'augmenter l'offre commerciale», a confirmé M. Provencher.

Selon ce dernier, le phénomène de l'œuf ou la poule est très présent: «Les commerçants locaux me disent: «si les gens venaient acheter, j'en tiendrais, mais je ne suis pas pour acheter du linge et après le vendre en bas de mon prix coûtant parce que personne n'est venu»».

Toutefois, le projet Senator stagne depuis le début. Le procès de Métro contre Sobeys, la Ville de Rouyn-Noranda et le Centre local de développement aura lieu dans la semaine du 3 au 10 octobre 2013 à Montréal. La décision pourrait n'être rendue qu'au printemps 2014.