/news/homepage

Adolescente fouillée à nu à l'école

Soupçonnée de vendre de la drogue

La direction d'une école secondaire des Laurentides aurait forcé une étudiante à se dévêtir complètement afin de lui faire une fouille à nu la soupçonnant de vendre de la drogue.

«Ça c'est passé l'autre vendredi [6 septembre]. Ils sont venus me chercher dans mes cours. Ils ont fouillé mon casier, défait mes livres. Ils ont pris certaines choses dans mon casier puis m'ont amené dans une salle où il y avait la directrice et une intervenante. La directrice se tenait derrière une serviette, pas l'intervenante. Elles m'ont demandé de me déshabiller, d'enlever mon pantalon. J'ai dit non, je ne voulais pas», a raconté la jeune fille de 15 ans à Claude Poirier, mardi.

Aux dires de l’adolescente qui ne comprenait pas pourquoi on voulait la fouiller, les deux femmes auraient répondu qu’elles avaient de l’information qui commandait une fouille à nu.

«Je ne voulais pas, mais on m’a dit qu’on n’avait pas le choix. [...] La police n’était pas présente et jamais on ne m’a proposé d’appeler mes parents. Elles cherchaient de la drogue», poursuit l’étudiante.

Consommation de drogue

À Claude Poirier qui lui posait la question, l’adolescente a avoué candidement qu’elle consommait de la drogue, et assuré du même souffle qu’elle n’en vendait pas et qu’elle ne l’avait jamais fait alors que la direction croirait le contraire d’après l’information dont elle a eu vent.

«J’ai enlevé mon pantalon, puis mon chandail et j’ai commencé à pleurer, car j’avais comme peur. J’étais traumatisée, la madame n’était pas derrière la serviette en plus. J’ai dû enlever ma brassière, la secouer. J’étais pratiquement nue. J’étais face à un mur, j’essayais de me cacher», prétend la jeune fille.

Pot dans son sac

«Elles ont fini par rien trouver, je me suis rhabillée. Elles ont gratté le fond de mon sac, elles ont trouvé des graines de pot. Je suis en externe depuis sept jours à cause de ça. J’ai demandé d’appeler mes parents, et elles ne voulaient pas, mais elles ont fini par appeler mon père», laisse tomber l’adolescente. Le papa a trouvé sa fille en larmes à son arrivée à l’établissement scolaire.

«Ils m’ont fait venir dans le bureau. Il y avait des intervenants, des hommes dont celui qui est allé chercher ma fille en classe. Ils m’ont dit qu’ils ont trouvé de la drogue dans le fond de son sac», fait savoir le père de la jeune qui est toujours suspendue de ses cours.

Fouille «invasive»

«Pourquoi ne m’ont-ils pas appelé, j’étais à la maison», questionne le père ébranlé par la fouille de sa fille et qui ne sait vers qui se tourner pour avoir des réponses à ses questions.

«Papa, ils m’ont déshabillé toute nue,. On pleurait tous les deux à la maison. Ce n’est pas une enfant facile, elle s’est reprise cette année, ça va bien. [...] Je ne trouve pas la fouille normale», souligne ce dernier.

La direction de l’établissement scolaire a-t-elle outrepassé ses droits en fouillant à nu l’étudiante?

Un avocat contacté par l’équipe du Négociateur pense que oui, qu’il y a eu fouille «invasive».

L’adolescente peut si elle le souhaite se tourner vers la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse pour porter plainte.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.