/regional/montreal/montreal

«Rien d'embarrassant là-dedans»

Denis Coderre chez les juifs hassidiques

Denis Coderre juge qu'il n'y a rien d'embarrassant pour lui dans la vidéo dont TVA Nouvelles a obtenu copie où on peut voir le candidat à la mairie de Montréal demander à la communauté juive hassidique de ne pas diviser le vote s'ils veulent son appui.

M. Coderre se défend également de faire du chantage à l'endroit des juifs hassidiques.

(TVA Nouvelles)

Le candidat à la mairie explique que les personnes présentes à cette réunion lui ont demandé comment l'aider dans sa campagne. Il aurait répondu de ne pas seulement voter pour lui, mais aussi pour son équipe.

«On m'a demandé de faire une rencontre privée. On m'a dit "bon M. Coderre on ne veut pas d'enregistrements, on va travailler, on va se parler ensemble". Il y une lettre qui circulait disant de soutenir Coderre mais pas son équipe.(...) Vous connaissez mon tempérament et ma transparence», dit-il.

Quant à sa réaction lorsqu'il découvre qu'il est filmé, Denis Coderre fait savoir qu'il n'était pas prévu qu'il y ait de caméras.

«La communauté était totalement furieuse. C'est elle-même qui m'a invité et établit les règles.(...) Ils sont tristes de voir que quelqu'un a transgressé à des règles. C'est une question de savoir vivre. On se sert d'eux autres pour faire de la politique sur leur dos», fait-il savoir.

(TVA Nouvelles)

Denis Coderre estime par ailleurs que cet évènement ne «risque pas» de nuire à la fin de sa campagne.

«Il ne faut pas partir en peur. Les opposants ont trouvé un moyen d'essayer de dire que je faisais du chantage. Il y a rien eu là-dedans», croit le candidat.

«Quand tu es en avant, on essaie toujours de te déstabiliser. On va continuer à faire nos affaires de toute façon.»

Ces explications n'ont pas convaincu ses adversaires. En point de presse ce matin, le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, a déclaré que c'était «de vieilles façons de faire de la politique».

«Comment considère-t-on chaque groupe, chaque communauté, comme une clientèle avec laquelle on négocie derrière des portes closes bien entendu? C'est du donnant/donnant. Tu votes pour moi, tu vas avoir quelque chose, tu ne votes pas pour moi, tu n'auras rien», a-t-il déclaré.

Réaction de la communauté juive hassidique

Dans un communiqué publié en fin de matinée vendredi, le Conseil juif québécois (CJQ) est sans équivoque sur les propos de Denis Coderre et indique qu'«en aucun temps, les paroles de M. Coderre n'ont été interprétées comme une menace».

«Nous avions demandé à M. Coderre son avis sur une lettre qui circulait au sein de notre communauté et dans laquelle les membres étaient invités à diviser le vote entre les candidats faisant partie de l'équipe de M. Coderre et ceux d'une autre formation politique. M. Coderre a invité les membres de notre communauté à appuyer son équipe en votant pour tous les candidats de l'Équipe Denis Coderre dans Outremont», fait savoir le porte-parole du CJQ, Mayer Feig.

L'organisation précise également son positionnement sur l'enregistrement effectué lors de cette rencontre.

«Les enregistrements ne sont pas permis et la précision a été faite dès le début de la rencontre», explique M. Feig.

«Nous tenons à dénoncer le fait qu'une rencontre auprès de notre communauté soit utilisée pour des fins partisanes politiques. En aucun temps, les paroles de M. Coderre n'ont été interprétées comme une menace.»

Lionel Perez se prononce sur la polémique

Un peu plus tôt, le candidat de l'Équipe Coderre dans l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, et membre de communauté juive, Lionel Perez, avait réagi à la polémique sur Twitter expliquant qu'il était présent lors de la réunion et que les propos de Denis Coderre étaient un «appel à la solidarité».

(Capture d'écran Twitter)

«Aucune menace, c du spin à 3 jours des élections (sic)», peut-on lire sur le compte de M. Perez.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie