/regional/montreal/montreal

Le fils de Gaston L'Heureux élu dans Verdun

Champlain – L'Île-des-Sœurs

Le fils de Gaston L'Heureux, ancien animateur de L'Heure G décédé en 2007, a décroché le poste de conseiller d'arrondissement du district Champlain - L'Île-des-Sœurs à Verdun.

«Mon père aurait été fier de moi», a confié Pierre L'Heureux lors d'une entrevue en joggant avec le représentant du journal 24H.

Il réside à l'île des Sœurs depuis 40 ans et connaît le territoire comme le fond de sa poche.

Enfant, il regardait les camions à ordure venir jeter pneus usés et vieux divans au dépotoir, derrière chez lui. Avec ses camarades, ils arrachaient des «stickers» apposés sur les portes des frigidaires.

Aujourd'hui, ce secteur est ornementé de tours à condos valant jusqu'à 4 millions $.

«C'est un drôle de quartier, explique ce prof d'histoire et passionné des États-Unis. Ici, c'est très aisé, et là-bas, de l'autre côté du fleuve, dans Verdun, c'est une des zones les plus pauvres de Montréal.»

D'origine modeste, il réside dans un bloc appartement qu'il appelle affectueusement son «HLM-Ville».

Pierre L'Heureux a fait campagne aux côtés de Denis Coderre, même si, selon lui, le seul parti qui se distinguait par sa plateforme durant la campagne était... Projet Montréal, son adversaire.

«Denis Coderre a plein de défauts, mais c'est un leader. C'est le rassembleur qu'il nous faut. Avec lui, on a la chance d'avoir une bonne influence à Ottawa», résume-t-il.

Le dossier du futur pont Champlain sera mieux géré par Denis Coderre que par Richard Bergeron ou Marcel Côté, est-il convaincu.

Enseignant au collège Dawson depuis 17 ans, un établissement multiculturel, il critique sévèrement la charte des valeurs québécoises.

«Qu'on veuille encadrer les accommodements raisonnables, peut-être. Mais de là à légiférer sur le port des signes religieux, je trouve ça exagéré et dangereux. C'est inutile.»

Pierre L'Heureux sera assermenté dans ses nouvelles fonctions, jeudi. D'ici là, il s'est donné comme mandat d'acheter cravates et vestons, des pièces de vêtement plutôt rares dans la garde-robe de ce sportif qui a complété son premier marathon à Montréal il y a à peine deux mois.