/regional/sherbrooke/centreduquebec

Reprise de l'activité ferroviaire à Lac-Mégantic

Dès mercredi

Le transport ferroviaire reprendra mercredi à Lac-Mégantic, a annoncé la mairesse Colette Roy-Laroche en conférence de presse en début d'après-midi.

«Selon l'entente conclue vendredi dernier avec les syndics et MMA, aucune matière dangereuse ne transitera sur ce tronçon appartenant à la Ville de Lac-Mégantic», a spécifié Mme Roy-Laroche.

De plus, les entreprises devront informer la municipalité du contenu de leurs wagons environ quatre heures avant que ceux-ci traversent la ville.

«Cette entente prévoit également le maintient d'un ingénieur et d'un conducteur en tout temps à bord des convois ferroviaires », a ajouté la mairesse.

En octobre dernier, le ministère s'était opposé à la reprise des activités dans le secteur, après qu'un tronçon de 110 kilomètres ait été jugé non sécuritaire.

La semaine dernière, le dernier wagon-citerne se trouvant toujours dans la zone sinistrée depuis la tragédie a enfin été déplacé, permettant ainsi aux trains de circuler à nouveau sur la voie ferrée.

«La reprise peut se faire de façon sécuritaire maintenant. On va continuer notre régime d'inspection régulière avec MMA» a indiqué André Lapointe, directeur général de Transports Canada, section Québec.

Aide à la population

Le tronçon de 115 kilomètres reliant Sherbrooke à Lac-Mégantic est fermé depuis plus de cinq mois, c'est-à-dire depuis la tragédie ferroviaire qui a fait 47 victimes.

«Toute l'information, la transparence qu'on a eues au cours des dernières semaines pour informer la population de la reprise, c'était justement pour nous préparer psychologiquement au retour du train», a indiqué Mme Roy-Laroche.

Les citoyens qui appréhendent le retour du train pourront recevoir de l'aide. Des psychologues seront disponibles pour supporter les gens dans le besoin.

La reprise du transport ferroviaire est graduelle et les conditions sont nombreuses.

Il y a d'abord l'obligation de déclarer à la Ville le type de marchandise transportée, au moins quatre heures à l'avance. Deux employés, un ingénieur et un conducteur de la MMA, devront en tout temps être à bord du train en marche.

Enfin, les convois ne pourront circuler à plus de 10 milles à l'heure. Le parcours de 115 kilomètres nécessitera au moins sept heures, sans compter les arrêts obligatoires.

«À chaque passage à niveau, le train devra s'arrêter complètement. Un employé de la MMA devra descendre et s'assurer que les feux fonctionnent et que la sécurité est assurée», a précisé M. Lapointe.

Malgré les inspections de Transports Canada et le resserrement des normes en matière de sécurité, plusieurs citoyens de Lac-Mégantic craignent particulièrement de voir et d'entendre le premier convoi.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie