/news/culture

Décès de la comédienne Catherine Bégin

Daniel Daignault

La comédienne Catherine Bégin, qui a joué aussi bien au théâtre qu'à la télé et au cinéma, est décédée dimanche soir à 74 ans après une courte maladie.

Elle aura marqué la scène culturelle québécoise par la qualité de son jeu, son intensité et cette voix éraillée reconnaissable entre toutes.

Sa disparition soudaine a attristé plusieurs de ses camarades qui n'ont eu que de bons mots à son endroit.

«Nous n'avons pas joué beaucoup de scènes ensemble dans Des dames de coeur mais elle était une comédienne très dynamique et très talentueuse, a confié Gilbert Sicotte. Elle aimait surtout beaucoup son métier.»

Même réaction de la part de Pascal Rollin qui a eu l'occasion de jouer à de nombreuses reprises aux côtés de la disparue.

«Catherine était une comédienne exigeante, vraie, intense et très engagée dans son métier. J'avais beaucoup de respect pour elle, j'ai eu beaucoup de plaisir à jouer à ses côtés. La dernière fois, c'était au Rideau Vert, dans la pièce La vie devant soi, en 2008. Mon plus beau souvenir demeure la pièce L'ours de Tchekhov, une pièce à deux personnages dans laquelle nous avons joué il y a plusieurs années.»

La mort de la comédienne a été confirmée lundi par son agente, Ginette Achim.
«Une grande dame nous quitte. Une femme de théâtre qui nous a donné des moments extraordinaires», a commenté Mme Achim, ébranlée par la mort soudaine de l'artiste.

Mme Bégin a eu une carrière bien remplie. Les plus âgés se souviendront de l'avoir vue au début des années soixante dans des téléromans tels En haut de la pente douce, Septième Nord, puis dans Le paradis terrestre, Grand-papa, Des dames de cœur et Un signe de feu.

Plus récemment, elle a participé à des séries telles Virginie, Unité 9 et Les Boys.
«C'était une femme chaleureuse, une personne attentionnée, a ajouté Mme Achim. Elle était toujours disponible, elle aimait travailler avec les jeunes. Elle va nous manquer beaucoup.»

Au cinéma, elle a participé à une quinzaine de productions, notamment les films Stardom (Denys Arcand), Le secret de ma mère (Ghyslaine Côté), La brunante (Fernand Dansereau) et en 2012, on l'a vue dans Laurence Anyways du réalisateur Xavier Dolan.

Une belle femme

La comédienne Andrée Lachapelle a bien connu la disparue, elle a notamment joué le rôle de sa soeur dans Le secret de ma mère.

«Je l'ai connue quand elle est sortie du Conservatoire. C'était une femme magnifique, très belle, et une très bonne comédienne. Nous avons joué à plusieurs reprises ensemble au théâtre et nous étions très proches l'une de l'autre», a-t-elle raconté.

«Catherine était très cultivée, a poursuivi Mme Lachapelle, très acharnée sur la langue française en ce sens qu'elle tenait beaucoup à ce que les gens s'expriment bien et aient une pensée très claire. C'était une femme de très grande culture qui aimait beaucoup la vie. Elle était très solitaire tout en étant proche de sa famille, mais je sais qu'elle aimait partir seule en vacances, dans le bois.»

En plus de ses multiples rôles, la comédienne a également enseigné les arts de la scène auprès des jeunes comédiens.

En 2005, Mme Bégin a été honorée d'un Masque de la meilleure actrice dans un rôle de soutien dans la pièce Jouliks et, en 1998, elle a obtenu le prix Victor-Morin pour les arts de la scène, décerné par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.