/finance/consumer

Ampoules incandescentes: l’interdiction fait des mécontents

Ampoules incandescentes: l’interdiction fait des mécontents

TVA Nouvelles

Les ampoules incandescentes sont appelées à disparaître au Canada puisqu’il est maintenant interdit de fabriquer certaines de ces ampoules depuis le début de l’année, une situation qui déplait à certains consommateurs.

Depuis le 1er janvier 2014, la fabrication d’ampoules traditionnelles de 100 et 75 W est interdite au pays.

Cette décision est motivée par le fait que le ministère des Ressources naturelles du Canada considère ces ampoules trop énergivores.

Ce sont principalement les ampoules fluorescentes, contenant une poudre de mercure, qui remplacent les incandescentes dans les quincailleries et les magasins à travers le Canada, mais celles-ci sont loin de faire l’unanimité.

Un éclairage inapproprié

Selon plusieurs détaillants, les consommateurs se plaignent de l’éclairage que procurent les nouvelles ampoules sur le marché.

«On garde beaucoup d’ampoules incandescentes en magasin parce qu’il y a toujours une forte demande pour celles-ci. Il y a beaucoup de gens qui font des réserves parce qu’ils ont peur de perdre l’éclairage particulier des ampoules incandescentes», explique Paulo Pereira, gérant de la quincaillerie Ace Azores, au centre-ville de Montréal.

En effet, les ampoules incandescentes offrent un éclairage d’ambiance plutôt jaunâtre tandis que les fluorescentes produisent une lumière blanche semblable à celle d’un néon.

Des ampoules trop coûteuses

Cependant, c’est probablement le prix des ampoules fluorescentes qui fait le plus de mécontents.

«Elles coûtent nettement plus cher que les ampoules incandescentes. Avant, on pouvait avoir quatre ampoules incandescentes pour 2$. Maintenant, une seule ampoule fluorescente peut coûter jusqu’à 15 $», affirme le gérant de la quincaillerie Rona St-Patrick.

Un avis également partagé par M. Pereira, affirmant qu’effectivement, «les gens se plaignent du prix, c’est sûr.»

De son côté, l’Union des consommateurs soutient n’avoir reçu aucune plainte officielle à ce sujet, la majorité d’entre elles touchant plutôt l’aspect environnemental des ampoules fluorescentes.

Polluantes, les ampoules de remplacement?

«On a eu plusieurs appels nous disant que les ampoules fluorescentes étaient polluantes. On doit s’assurer qu’il y ait des programmes de recyclage propres pour éliminer ces ampoules», explique le responsable des communications à l’Union des consommateurs, Philippe Viel.

Précisons que les ampoules fluorescentes ne doivent pas être déposées dans les bacs de recyclage réguliers, en raison du mercure qu’elles contiennent. Il faut donc les donner au magasin d’où elles proviennent.

Environnement Canada s’affaire à l’élaboration de mesures limitant le contenu en mercure des ampoules fluorescentes et pourrait bientôt exiger qu’elles soient accompagnées d’une étiquette indiquant les méthodes d’élimination sécuritaires.

 

Dans la même catégorie