/news/homepage

Un problème qui prend de l'ampleur

Patrick Georges

Alors que l'Organisation mondiale de la santé considère cette problématique comme une véritable «menace» pour la santé publique, les spécialistes canadiens s'inquiètent eux aussi de la résistance grandissante des bactéries aux antibiotiques.

«Les bactéries se déplacent de façon importante et elles ne respectent pas le tracé des frontières internationales. Tout le monde doit faire un effort global si l'on veut s'assurer de préserver l'efficacité des antibiotiques», a affirmé le président de l'Association des microbiologistes du Québec, Patrick Paquette.

D'après lui, il est probable que les antibiotiques cessent un jour d'être efficaces et que l'on assiste alors à une recrudescence de maladies infectieuses disparues depuis l'arrivée de la pénicilline.

Le Dr Marc Ouellette, directeur scientifique de l'Institut des maladies infectieuses et immunitaires, partage également cet avis.

Ce dernier estime que la situation au Québec n'est pas aussi préoccupante qu'aux États-Unis, mais «la situation pourrait basculer très rapidement», a-t-il dit.

Aux États-Unis, l'organisme Centers for Disease Control and Prevention estime que la résistance des bactéries aux antibiotiques cause la mort d'au moins 23 000 personnes chaque année.