/news/homepage

Des défibrillateurs dans tous les arénas

D'ici quatre ans

TVA Nouvelles

Le hockeyeur Rich Peverley des Stars de Dallas, qui a subi un arrêt cardiaque sur le banc lundi dernier, doit sa survie à une intervention rapide et à la présence d'un défibrillateur sur place.

Au Canada, ce sont plus de 40 000 personnes qui subissent un arrêt cardiaque chaque année. Le taux de survie n'est que de 5%.

(TVA Nouvelles)

C'est pourquoi le gouvernement fédéral a choisi d'investir dix millions de dollars pour installer des défibrillateurs dans tous les arénas du pays d'ici quatre ans.

«Son équipement a été retiré rapidement. On a collé les électrodes, on a donné un premier choc et il a été réanimé à ce moment-là», explique le coordonnateur provincial de la Fondation des maladies du cœur, Michel Viau.

Les défibrillateurs externes sont simples à utiliser, il suffit de suivre les consignes de l'appareil.

Pour augmenter les chances de survie, la défibrillation doit être effectuée dans les quatre premières minutes qui suivent un arrêt cardiaque.

«Plus vite on intervient, plus on donne de chance à la personne, parce que chaque minute sans défibrillation ou sans massage cardiaque, la personne perd 10% de chance de survie», fait savoir M. Viau.

(TVA Nouvelles)

Certains arénas ont déjà investi. Dans le quartier Ahuntsic, par exemple, la Fondation des maladies du cœur en a offert grâce à des fonds amassés par des joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Selon la Fondation des maladies du cœur, la réanimation cardiorespiratoire et la défibrillation pourraient sauver des milliers de vies chaque année.