/regional/montreal/montreal

L'ancien maire de Saint-Bruno devra rembourser les frais de cour

Frédéric Khalkhal

Les frais de cour engagés par Marilou Alarie dans le procès pour diffamation intenté par l'ancien maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Claude Benjamin, lui seront remboursés.

Le plaignant avait abandonné les poursuites en décembre 2013.

Le jugement rendu le 11 mars à Longueuil précise que compte tenu du désistement du plaignant et de l'article 264 du Code de procédure civile, la partie demanderesse est condamnée au paiement des frais de l'action.

Claude Benjamin ayant abandonné ses poursuites pour diffamation contre Mme Alarie, la défenderesse a demandé de se faire rembourser les frais de cour occasionnés.

«Les frais de cour sont de plus ou moins 2000 $. Frais de timbre sur la défense, transcription et honoraires de l'interrogatoire, coût de transcription de pièces, etc. Puisqu'il s'agissait d'une action à titre personnel et non à titre d'élu, les fonds publics de la Ville ne peuvent être utilisés pour couvrir les frais d'action prise par M. Benjamin», a précisé Mme Alarie, élue conseillère municipale en novembre 2013.

Le 7 janvier 2013, l'ex-maire de Saint-Bruno, Claude Benjamin, avait déposé une poursuite contre Marilou Alarie. Il réclamait 50 000 $ à la porte-parole du Regroupement pour la sauvegarde de la Forêt des Hirondelles à l'époque.

L'ancien maire lui reprochait d'avoir porté atteinte à sa réputation lors d'une conférence de presse, le 4 décembre 2012, alors que le parti d'opposition à l'Hôtel de Ville annonçait le dépôt devant l'UPAC d'un «dossier noir» relatif à un projet résidentiel dans le boisé des Hirondelles.