/finance

Couche-Tard : les syndicats profitent à tous les employés

TVA Nouvelles

L’ensemble des employés québécois d’Alimentation Couche-Tard (ATD.B) profitent de la signature de conventions collectives dans six dépanneurs de la chaîne, en octobre dernier. Après s’être entendu avec la CSN, le détaillant a rapidement modifié les conditions de travail de ses employés non syndiqués pour les ajuster à celles des employés syndiqués.

Les employés des 695 Couche-Tard québécois non syndiqués ont ainsi obtenu les mêmes salaires et avantages sociaux que ceux qui travaillent dans les succursales syndiquées. Les normes entourant l’attribution des congés ont aussi été bonifiées.

«Les conditions salariales et avantages sociaux prévus dans les conventions collectives négociées sont exactement les mêmes que celles que Couche-Tard a (NDLR : désormais) dans l’ensemble de son réseau, que le magasin soit syndiqué ou non», a indiqué par courriel, Mélissa Lessard, la porte-parole d’Alimentation Couche-Tard.

Mme Lessard a indiqué à Argent que Couche-Tard a décidé de bonifier les conditions de travail de ses employés non syndiqués et syndiqués à la suite d’un sondage réalisé auprès de son personnel, en juin 2013.

«À la lumière des résultats de ce sondage, nous avons choisi d’apporter à l’ensemble du réseau québécois de magasins des ajustements de salaire et des avantages sociaux qui tiennent compte des commentaires recueillis et d’une analyse des conditions de marché», a poursuivi la porte-parole.

La Fédération du commerce de la CSN, à laquelle sont affiliés les syndiqués de Couche-Tard, se réjouit de la décision du détaillant. «Ça montre qu’une centaine de travailleurs sont parvenus à améliorer les conditions de travail de plus de 6000 travailleurs», a exprimé David Bergeron Cyr, vice-président de la Fédération du commerce.

Couche-Tard soutient que les règles encadrant l’organisation du travail et la santé et sécurité au travail sont demeurées les mêmes.  «La centrale de surveillance, le déverrouillage des portes à distance et le suivi psychologique en cas d’incident étaient tous présents avant les conventions collectives», a écrit Mme Lessard par courriel.

Couche-Tard a même bonifié quelques éléments négociés par le syndicat. Le marchand paie aux non-syndiqués 100% d’un certificat médical exigible après un accident de travail alors qu’il en acquitte seulement 50% pour les syndiqués.

La chaîne est aussi prête à payer plus d’heures non travaillées après un événement grave survenu en magasin. 

De la provocation

Au cours des derniers mois, Couche-Tard a fait circuler une brochure d’information pour promouvoir les nouvelles conditions de travail des employés non syndiqués. Un passage du document irrite la CSN.

«Et tout ça, sans prélèvement supplémentaire de 2% qui diminue votre paie! Saviez-vous que la cotisation syndicale de 2% par paie fait en sorte que certains employés sont payés en bas du salaire minimum», peut-on lire dans la brochure.

«C’est indécent! Si ce 2% n’était pas payé par les syndiqués, les autres employés n’auraient pas obtenu de meilleures conditions», a dit David Bergeron Cyr, précisant que les travailleurs obtiennent des services en retour de leurs cotisations.

***

Quelles sont les conditions de travail?

 Voici un aperçu des principales conditions de travail des employés d’Alimentation Couche-Tard

Le taux horaire des préposés juniors a été fixé à 10,15$, soit le niveau du salaire minimum. Le premier échelon sera donc porté à 10,35$ le 1er mai, lors de la hausse du salaire minimum.

Le taux horaire du préposé est bonifié de 15 cents après six mois et de 15 cents supplémentaires après un an. Une série d’échelons sont ensuite gravis chaque année, pendant six ans. Par la suite, le salaire est indexé de 2% annuellement. Une prime de nuit de 2$ par heure est aussi accordée aux préposés touchés.

Le taux horaire des préposés séniors et des assistants-gérants débutent à 10,65$ et à 11,65$ mais ne fluctue pas en fonction du salaire minimum. Ils sont toutefois bonifiés selon les mêmes standards que le salaire des préposés juniors.

De plus, les préposés séniors peuvent désormais obtenir les assurances collectives dont bénéficient les assistants-gérants depuis six ans. Au chapitre des congés, les travailleurs reçoivent une quatrième semaine de vacances après quatre ans et deux congés mobiles payés après un an de service.