/news/politics

Des Femen s'invitent à la rencontre

Conférence de presse du PLQ

Deux militantes aux seins nus, membres du groupe des Femen, ont perturbé un événement extérieur de Philippe Couillard au parc de la Visitation, à Montréal, vendredi après-midi.

Même si elles avaient été repérées par les policiers et par les gardes du corps qui assurent la sécurité du chef libéral, elles se sont dévêtues rapidement et ont réussi à se faufiler au pas de course pour s'approcher à quelques pieds de M. Couillard, avant d'être interceptées.


(Crédit photo: Agence QMI)

La conférence de presse n'avait pas encore débuté. Philippe Couillard se dirigeait alors vers le lutrin pour s'adresser aux militants qui s'étaient rassemblés et pour répondre aux questions des journalistes.

Les deux manifestantes, qui arboraient des slogans et des carrés rouges peints dans le dos et sur la poitrine, ont été arrêtées et expulsées manu militari. Elles voulaient dénoncer les «abus du PLQ» lors de la crise étudiante. «Je me souviens de Victoriaville» et «Je me souviens de la loi 78», avaient-elles rédigé sur leurs corps avec de la peinture rouge.


(Crédit photo: Agence QMI)

L'incident n'a duré que quelques secondes. Appelé à commenter cette intrusion, le chef libéral a répondu avec un brin d'humour. «Je dirais que la liberté d'expression a parfois des conséquences inattendues», a-t-il philosophé.


(Crédit photo: Agence QMI)

Plusieurs ont reconnu l'une des deux Femen qui avaient déjà participé à un coup d'éclat semblable, en octobre dernier, à l'Assemblée nationale. Accompagnée de deux autres femmes, elle avait alors dénoncé la présence du crucifix au Salon bleu.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.