/regional/montreal/montreal

Son permis suspendu, une garderie neuve sans enfants

Le gouvernement gèle l'octroi

Les partis d'opposition demandent au gouvernement Couillard de renoncer à suspendre l'attribution de nouvelles places en garderies alors que la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a gelé l'octroi des permis pour les places à 7$ dans les centres de la petite enfance (CPE) et les garderies subventionnées jusqu'au dévoilement du prochain budget.

En 2012, Pauline Marois, alors première ministre, annonçait la création de 28 000 nouvelles places en garderie. Mais voilà que le nouveau gouvernement gèle tout.

Sur la Rive-Sud de Montréal, ce sont des dizaines de parents qui se retrouvent sans garderie pour leurs tout-petits.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

L'établissement devait ouvrir ses portes il y a deux semaines, mais avec le changement de gouvernement, l'octroi de permis a été suspendu.

«Je suis sans mot. C'est vraiment quelque chose de déplorable, et on se sent impuissant. Vraiment, sentiment d'impuissance», raconte Suzie Pelletier.

Cette maman qui attend son deuxième enfant digère mal la nouvelle.

«J'avais déjà une très bonne garderie, j'ai résilié mon contrat parce que celle-ci était sur le point d'ouvrir et que c'était vraiment plus près de chez moi. Là, je me retrouve sans garderie», ajoute-t-elle.

C'est dans un établissement tout neuf, privé et subventionné que devaient être accueillis 80 enfants il y a déjà près de deux semaines.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

«Il restait la signature du permis final. On a déjà eu l'inspection des locaux, tout était conforme» explique Annie Massé directrice à Le boisé enchanté.

La porte-parole de Francine Charbonneau, Lindsay Jacques-Dubé, a expliqué que le gouvernement souhaitait «faire un état des lieux» avant d'octroyer de nouvelles places.

Les libéraux veulent s'assurer qu'ils ont les moyens d'honorer les engagements qui ont été pris par les gouvernements Charest et Marois. «La création de places en garderie, ça va se faire selon la capacité de payer des Québécois, a-t-elle dit. Ce n'est pas vrai qu'on va mettre ça sur la carte de crédit.»

La députée caquiste du secteur, Nathalie Roy, promet de surveiller la situation de près.

- Avec la collaboration de Louis Gagné