/regional/montreal/montreal

Le policier n'est pas à sa première frasque

Arrestations musclées sur le Plateau

TVA Nouvelles

Le policier du Service de police de Montréal (SPVM) montré du doigt dans une présumée agression contre deux employés d'une école du Plateau-Mont-Royal aurait été ciblé par des accusations similaires en 2011.

Marie Larocque dit avoir subi une arrestation musclée par le même policier, le matricule 2538, en 2011.

Elle se dit bouleversée d'apprendre dans les médias que c'est le même policier qui est impliqué dans les deux histoires.

Il y a trois ans, Mme Larocque est sortie d'un bar montréalais à deux heures du matin pour fumer une cigarette. Elle a jeté son mégot au sol et les policiers l'ont interpellé.

Selon elle, le matricule 2538 avait une attitude agressive, traitant la dame de «pollueuse».

Mme Larocque est retournée dans le bar pour aller chercher ses cartes d'identité. Les deux policiers l'ont suivie.

«Il me prend par le coude et il me tire face au bar devant toute la foule. C'est l'arrestation et les mains derrière le dos», explique-t-elle.

Selon la plaignante, le matricule 2538 est intervenu pour aider son collègue.

Il a renversé une table pour éloigner la foule et a bousculé en même temps une amie de Mme Larocque qui voulait l'aider.

«Il faut encadrer ce policier si c'est un problème caractériel», explique l'expert Richard Dupuis.

Le policier est rattaché au poste de quartier 38, le même poste où travaillait la matricule 728 Stéfanie Tudreau.

«Je pense qu'au niveau de la supervision et de l'encadrement du poste de quartier 38, il va y avoir des efforts et des gestes à poser pour améliorer le service à la clientèle, explique-t-il.

Batailles judiciaires

Dans toute cette histoire, Marie Larocque a été accusée de voies de fait sur un policier et a été acquittée trois ans après les gestes.

Sa bataille judiciaire lui aura coûté 20 000$ en honoraires d'avocat.

Aujourd'hui, elle intente une poursuite de 110 000$ contre le matricule 2538, son collègue et le SPVM pour dommages, arrestation et détention illégale.

«Je pense qu'au niveau de la supervision et de l'encadrement du poste de quartier 38, il va y avoir des efforts et des gestes à poser pour améliorer le service à la clientèle, affirme M. Dupuis.

Incorrect or missing Brightcove Settings