/regional/sherbrooke/centreduquebec

La MMA a vendu ses actifs à très bas prix

Coup fumant?

La compagnie ferroviaire impliquée dans la tragédie de Lac-Mégantic vient de se débarrasser de ses actifs québécois pour à peine un dixième de leur valeur, a appris le Bureau d'enquête.

Acculée à la faillite, La Montreal, Maine & Atlantic Railway (MMA), l'opérateur du train qui a dévasté le centre-ville de Lac-Mégantic en juillet 2013, s'était entendue pour se départir de son infrastructure en janvier dernier.

C'est la Central Maine & Quebec Railway, une division d'un opérateur américain créée spécialement pour racheter la MMA, qui a remporté la vente aux enchères, pour une quinzaine de millions de dollars américains.

À elle seule, la portion québécoise des actifs de la MMA compte pour environ 3 M$ dans cette transaction, selon des documents notariés consultés par Le Journal.

On parle surtout de locomotives et de terrains situés dans 39 villes et villages québécois. À Lac-Mégantic, bien sûr, mais aussi à Farnham, Saint-Hyacinthe et Sherbrooke, par exemple.

Or, la valeur réelle de ces actifs, selon les différents rôles d'évaluation foncière, est de plus de 30 millions $.

Coup fumant ?

La Central Maine & Quebec Railway a-t-elle réalisé un coup fumant en achetant des équipements pour dix fois moins cher que leur valeur au livre?

«C'est l'avenir qui va nous le dire. Le but, c'est qu'au plan commercial, ça soit une aventure qui est rentable, mais c'est avec le temps qu'on va voir si les clients sont au rendez-vous», nuance Daniel Matte, porte-parole de la Central Maine & Quebec Railway.

La vente des actifs américains de la MMA a été conclue le 15 mai dernier et celle de la portion québécoise, le 30 juin.

Selon Daniel Matte, il était normal que sa firme effectue un investissement à bon prix.

«MMA est une entreprise qui était en faillite, avec des installations pour le moins déficientes. Alors, il y a une valeur au livre X, mais la valeur sur le marché n'était pas la même», explique le porte-parole.

Rénovations

La Central Maine & Quebec Railway s'est engagée à rénover la portion comprise entre Farnham et la frontière américaine pour une valeur de 10 M$, au cours de la prochaine année. Elle prévoit aussi acheter des nouvelles locomotives pour remplacer le matériel désuet qu'utilisait la MMA.

La firme américaine prévoit qu'elle pourra commencer à transporter des matières dangereuses à partir de janvier 2016, si elle décroche des contrats pour le faire.

Rappelons que la MMA est visée par une réclamation de 410 M$ de la part du gouvernement provincial, une somme bien supérieure aux 15 M$ qu'a rapportés la vente de ses actifs.

Dans la même catégorie