/news/law

Michael Sona trouvé coupable

Appels robotisés illégaux

TVA Nouvelles

L'ancien responsable des communications pour le candidat conservateur dans Guelph, Michael Sona, a été déclaré coupable, jeudi matin, dans le scandale des appels robotisés illégaux lors de l'élection fédérale de 2011.

Durant le procès, la Couronne avait affirmé que Michael Sona avait acheminé environ 6000 appels téléphoniques automatisés trompeurs à des électeurs de la circonscription le jour de l'élection. Les appels visant des gens ne votant présumément pas pour les conservateurs mentionnaient que leur bureau de vote avait changé.

Le candidat conservateur était Marty Burke.

Même si aucune preuve formelle ne démontrait que l'accusé avait créé ou envoyé ces messages, le juge Gary Hearn a estimé que Michael Sona était responsable de ces appels hors de tout doute raisonnable.

«Il était pleinement conscient de ce qui se passait et il a joué un rôle important», a mentionné le juge.

Le juge Gary Hearn a ajouté que l'accusé n'avait «probablement pas agi seul», une théorie avancée par l'avocat de la défense durant le procès, Norm Boxall.

L'avocat de Michael Sona avait soutenu que d'autres membres conservateurs étaient responsables de ces appels, dont l'ancien directeur de campagne de la circonscription, Ken Morgan. M. Morgan n'a jamais été accusé dans cette affaire, ni personne d'autre du Parti conservateur.

Le Parti conservateur a réagi au jugement en disant n'avoir «pas été impliqué dans les agissements dont il est question à Guelph» et en soutenant avoir «fait une campagne propre et éthique».

«Le fait d'empêcher des électeurs de voter est un problème extrêmement grave», a ajouté le parti.

De son côté, le NPD a souligné que d'autres personnes du Parti conservateur auraient été impliquées dans ce scandale.

«Les conservateurs doivent arrêter d'affirmer qu'il s'agit juste d'une pomme pourrie. Le juge a bel et bien affirmé que d'autres personnes avaient été impliquées», a affirmé le porte-parole du NPD en matière de réforme démocratique, Craig Scott.

«Il est temps que Stephen Harper et la directrice de campagne conservatrice, Jenni Byrne, arrêtent de rejeter le blâme sur les membres du personnel plus jeunes», a-t-il ajouté.

Michael Sona était accusé d'avoir empêché ou d'avoir tenté d'empêcher des électeurs de voter. Il est passible d'une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement et de 5000$ d'amende. Sa peine sera déterminée plus tard.

Michael Sona a toujours maintenu son innocence devant les accusations portées contre lui.

Témoignages contre Sona

Quatre témoins de la Couronne avaient indiqué lors du procès que l'accusé s'était vanté d'avoir fait des appels automatisés. Le témoin vedette de la Couronne et ancien collègue de travail de Michael Sona durant la campagne électorale, Andrew Prescott, a affirmé que l'accusé était le seul responsable des appels.

Andrew Prescott, l'ancien directeur adjoint de la campagne du candidat conservateur dans Guelph, avait affirmé que Michael Sona lui avait demandé comment télécharger une liste de numéros de téléphone d'une banque de données du Parti conservateur dans le service de messagerie téléphonique automatisée RackNine.

Après que des appels automatisés eurent été faits à des citoyens de Guelph leur indiquant que leur bureau de vote avait été changé, M. Sona aurait dit à M. Prescott: «Ça marche!»
Andrew Prescott a aussi expliqué que, le jour de l'élection, il avait vu un téléphone cellulaire prépayé sur le bureau de Michael Sona dans le bureau de circonscription ainsi que l'emballage du téléphone dans une poubelle.

Le juge Hearn a toutefois rejeté la plus grande partie du témoignage de M. Prescott, parce qu'il n'a pas été cohérent dans les informations qu'il a transmises au cours des dernières années.

«Mes préoccupations concernant la fiabilité de M. Prescott sont évidentes», a déclaré le juge, jeudi.

Le nom associé à l'abonné du téléphone prépayé responsable des appels automatisés était celui de «Pierre Poutine» avec l'adresse «Separatist Avenue, Joliette, Quebec».

M. Prescott avait signé une entente d'immunité avec les autorités pour témoigner.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie