/buzz/homepage

Une Église... athée!

«Sunday Assembly»

Cela se passe le jour du Seigneur, on chante, parle, fait la quête comme à l'office, mais la comparaison s'arrête là: Paris a accueilli dimanche matin sa première «Sunday Assembly», une Église sans Dieu ni messe.

Cette «congrégation non religieuse» a été fondée à Londres en janvier 2013 par deux comédiens britanniques athées, Sanderson Jones et Pippa Evans, avec une idée simple: retrouver la chaleur d'une communauté une fois par semaine «pour célébrer la vie», sans référence à Dieu.

L'initiative a fait des petits dans le monde anglo-saxon. Un nouveau cap a été franchi dimanche avec la formation de 35 assemblées locales s'ajoutant au 28 existantes, et des implantations pour la première fois en France, en Allemagne ou en Belgique.

Onze heures à Paris: une grosse centaine de «bobos» trentenaires ou quadragénaires et de seniors décontractés se pressent dans une salle anonyme près de la porte de Clichy, au nord-ouest de la capitale. À l'heure de la prière dans les églises catholiques, Sanderson Jones lance deux chansons populaires. Le ton est donné, léger et décalé.

Le fondateur de la Sunday Assembly met l'assistance dans sa poche avec ses blagues, son franglais et son énergie communicative. Sa devise: «vivre mieux, aider souvent, s'émerveiller plus» («live better, help often, wonder more»).

Pas d'oraison ici mais un orateur, ce dimanche le philosophe Charles Pépin, qui postule que la joie est «plus folle, plus infondée» quand elle se passe de Dieu. Pas de lecture non plus, sinon celle d'un poème. Mais, comme à la messe, il y a un temps de recueillement en silence. Et une quête pour couvrir au moins les frais de réservation de la salle.

Julie, 36 ans, venue voir si cette «assemblée du dimanche» n'était «pas une secte», se dit plutôt convaincue. «J'ai bien rigolé. Le personnage est assez charismatique, il désamorce toutes les bombes», dit-elle.

«J'aime bien l'idée de communauté, de créer du lien à l'heure où les gens sont tellement isolés», confie pour sa part Norman Ancenys, 28 ans, lors du pot de l'amitié - sans alcool - offert par les organisateurs. «Moins le côté club Med», dit-il.

Sanderson Jones, lui, jouant avec le cliché de la morosité des gens dans le métro parisien, prédit: «Si ça peut marcher à Paris, ça peut marcher partout dans le monde...»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.