/news/law

Un procès ultra-médiatisé

Affaire Magnotta

Vidéo aux images insoutenables montrant un crime odieux, chasse à l'homme à l'international, gigantesque enquête policière ayant nécessité la collaboration d'INTERPOL, l'affaire Magnotta a tous les ingrédients pour captiver l'intérêt du public.


(Archives Agence France-Presse)

Le procès de Luka Rocco Magnotta, aujourd'hui âgé de 32 ans, qui a débuté ce matin au palais de justice de Montréal, s'annonce comme l'un des plus médiatisés des dernières années.

Magnotta y était arrivé après avoir été conduit en provenance du Centre de détention de Rivière-des-Prairies, vers 8h30, à bord d'un fourgon cellulaire, sous forte escorte policière.


Magnotta a quitté le Centre de détention de Rivière-des-Prairies à bord d'un fourgon cellulaire (Capture d'écran TVA Nouvelles)

Plusieurs dizaines de personnes se sont présentées tôt ce matin afin d'obtenir une place dans l'une des deux salles de débordement du palais de justice afin d'être aux premières loges du procès. Seules 10 places sont prévues dans la salle de tribunal, cinq pour le public et cinq pour les journalistes.

Parmi les curieux désireux de suivre le procès sur place, on retrouve des étudiants, des gens qui veulent comprendre comment se passe un procès de cette ampleur. Un couple a même fait le voyage à partir de Québec.

«La communauté chinoise veut savoir ce qui est arrivé à Jun Lin, pourquoi il a été tué», a précisé une journaliste de la télévision chinoise basée à Toronto. «En 2012, nous sommes allés à l'université Concordia pour faire des interviews avec des amis de la victime», a-t-elle expliqué à TVA Nouvelles.

Des médias du monde entier suivent le déroulement de ce procès, qui devrait durer de six à huit semaines et qui s'annonce captivant. Une soixantaine de témoins seront entendus par la Couronne et un groupe de 14 jurés bilingues vont suivre la preuve.


(Capture d'écran TVA Nouvelles)

Natif de l'Ontario, Magnotta est accusé de meurtre prémédité, outrage à un cadavre, production et distribution de matériel obscène, utilisation illégale de la poste et harcèlement envers le premier ministre Stephen Harper ainsi que des membres du Parlement.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie