/news/law

Note menaçante adressée au premier ministre Harper et sa femme

Procès Magnotta

Suivez le procès en temps réel sur tvanouvelles.ca

Un des colis macabres que Magnotta avait envoyés à Ottawa contenait une note menaçante, directement adressée au premier ministre Stephen Harper et à sa femme.

«Stephen Harper et Laureen Teskey, vous savez qui c'est, vous avez grandement foiré», indiquait la note jointe avec le colis contenant une partie du corps de l'étudiant Chinois Jun Lin.

C'est ce que l'on a appris mardi matin, lors du témoignage de la technicienne en scène de crime Caroline Simoneau du SPVM.

Quelques semaines après le meurtre et le démembrement de Jun Lin, elle avait dû analyser des colis reçus de la police d'Ottawa et de Vanvouver.

Et chacun d'entre eux était minutieusement préparé. Il y avait un sac-cadeau noir, du papier de soie rose, des cœurs avaient même été dessinés au fond des boîtes.



(Via Twitter)

Les colis à Ottawa avaient été envoyés aux libéraux et aux conservateurs, tandis que ceux destinés à Vancouver étaient à l'attention des écoles False Creek et St-Georges.

Ces deux derniers paquets contenaient aussi des messages menaçants.

«Crève salope, bientôt», indiquait un des messages.

«Les roses sont rouges, les violettes sont bleues, ils auront besoin de l'empreinte dentaire pour l'identifier, salope», indiquait la seconde note.

Odeur de sang pourri

Une autre technicienne en scène de crime, Chantal Turmel, a ensuite présenté une série de photographies montrant l'appartement de Magnotta, sur la rue Décarie à Montréal.

Quand elle est arrivée, la témoin a ainsi constaté des taches de sang partout, de la cuisine à la salle de bain en passant par la chambre et le salon.

Une flaque de sang couvrait le bas du réfrigérateur, tandis que le matelas de Magnotta était enduit de sang.

«Il y avait une odeur de sang pourri», a commenté la policière Turmel.

(Capture d'écran TVA Nouvelles)

La tête de Jun Lin, quant à elle, avait été retrouvée au parc Angrignon le 1er juillet 2012. Elle était cachée dans les fourrés, a raconté un autre technicien qui a témoigné mardi matin.

Rappelons que lundi, Magnotta est passé aux aveux. Il a reconnu qu'il avait bel et bien envoyé les pieds et les mains de Jun Lin par la poste, peu après avoir tué sa victime dans son petit appartement de la rue Décarie à Montréal, le 25 mai 2012.

Il a aussi reconnu s'être filmé en train de profaner le corps du défunt et avoir diffusé la vidéo en ligne.

Sauf qu'il plaidera la non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux. Son avocat, Me Luc Leclair, a d'ailleurs indiqué que Magnotta souffrait de troubles psychiques et de schizophrénie.

Le procès, présidé par le juge Guy Cournoyer, est prévu pour durer de six à huit semaines. Soixante témoins devront s'avancer à la barre pour la Couronne.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie