/finance/homepage

Le Canada et Montréal attirent les immigrants qualifiés

Agence QMI

La qualité de vie et l'avancement sont deux atouts attirent les immigrants voulant travailler au Québec. Ils expliquent le fort intérêt envers le Canada et Montréal à titre de destinations économiques.

Afin de mettre le doigt sur ce qui donne la bougeotte aux travailleurs, le cabinet de conseil d'affaires Boston Consulting Group a effectué un sondage auprès de 200 000 personnes dans 189 pays. Les résultats ont été publiés en début de semaine dans le rapport Decoding Global Talent.

Le Canada (35%) se situe troisième pays le plus attirant, derrière les États-Unis (42%) et le Royaume-Uni (37%). Il n'arrive jamais en tête de liste, mais il est le deuxième choix au Brésil, au Mexique, en France et au Royaume-Uni. Il est aussi troisième au Mexique et en Allemagne.

Les villes canadiennes n'ont pas à rougir sous le regard posé par les étrangers. Montréal est la 21e localité la plus attrayante, tandis que Toronto se classe huitième et Vancouver 23e. Sans surprise, les trois premiers choix des migrants sont Londres, New York et Paris.

Sécurité économique

Quels sont les plus beaux atours du marché québécois ou canadien ?

Le filet de sécurité en séduit plusieurs, répond Johanne St-Onge, présidente de RHRE, un cabinet de conseil en ressources humaines. «Les gens citent la qualité de vie, dont les mesures sociales. En disant cela, j'inclus la couverture d'assurance maladie, d'assurance-emploi et l'assistance sociale.»

Mme St-Onge souligne que le Québec attire surtout les travailleurs qualifiés. L'Institut de la statistique (ISQ) lui donne raison, relevant que 88% de l'immigration économique était qualifiée de 2009 à 2013.

Le marché du travail d'ici s'aligne à leurs besoins, avance Johanne St-Onge. «Prenons une personne qui a fait une maîtrise en études économiques ou statistiques. Elle va trouver un environnement de travail qui correspond à ce qu'elle veut. Ça permet de développer sa carrière et d'ouvrir les portes vers la gestion.»

Ceux qui en bénéficient moins ont l'oeil sur d'autres services sociaux et sur l'avenir.

«Une proportion fait des sacrifices pour ses enfants, souligne Mme St-Onge. Vous pouvez inclure le système d'éducation, pour la qualité de l'enseignement et l'offre des universités, qui sont moins onéreuses qu'aux États-Unis.»

Francophones et Chinois

Qui sont les immigrants économiques du Québec ? Selon l'ISQ, ils ont souvent 25 à 34 ans (40%). La région qui en fournit le plus est l'Afrique du Nord (24%), qui compte des pays francophones.

Les pays qui «approvisionnent» la province en travailleurs sont surtout la France et la Chine (10% chaque), l'Algérie (9,5%) et le Maroc (8,7%)

Montréal accueille 75% des nouveaux arrivants.

Ce climat favorisant l'immigration ne sera peut-être pas éternel, prévient Johanne St-Onge. «En 2014, le gouvernement canadien a pris un virage. Il est en train de revoir les règles de citoyenneté.»

Le sondage a été effectué du 29 avril au 10 juin.