/news/homepage

Le suspect a dit «agir au nom d'Allah»

Deux militaires happés par un chauffard

Tout porte à croire que deux militaires ont été victimes d'un acte terroriste isolé commis par un jeune Québécois s'étant converti à l'islamisme radical, lundi avant-midi, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Au volant de sa voiture, Martin Couture-Rouleau, 25 ans, aurait foncé délibérément sur les deux membres des Forces armées canadiennes, qui marchaient dans le terrain de stationnement d'un centre commercial situé sur le boulevard du Séminaire Nord.

En fin de soirée, les médecins craignaient toujours pour la vie de l'un des deux militaires happés, l'autre ayant subi des blessures relativement mineures.

L'auteur de cet attentat présumé, originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, a ensuite été tué par les policiers au terme d'une poursuite policière durant laquelle, selon nos sources, il a téléphoné au 911 pour dire qu'il agissait au nom d'Allah.

L'intérêt du suspect pour les organisations terroristes et les groupes extrémistes avait inquiété sa famille au point où ses propres parents ont contacté les policiers il y a quelques mois pour les aviser de la situation.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a confirmé en milieu de journée que le suspect était «déjà connu» de leur équipe intégrée de sécurité nationale à Montréal.

La photo de Martin Couture-Rouleau sur le réseau social pour musulmans, Ummaland (Capture d'écran, www.ummaland.com)

Surgi de nulle part

Selon nos sources, l'appel à la violence de l'EI pourrait avoir incité Couture-Rouleau à mettre son plan à exécution et de tenter d'éliminer deux militaires.

Les deux hommes, l'un portant son uniforme, l'autre en civil, marchaient dans l'aire de stationnement du centre commercial lorsque le véhicule du suspect a surgi de nulle part pour ensuite foncer sur eux.

Martin Couture-Rouleau a immédiatement fui les lieux après l'impact, mais a rapidement été pris en chasse par les policiers.

La poursuite policière s'est déroulée sur plusieurs kilomètres et a connu un dénouement tragique tout près de l'intersection du boulevard du Séminaire et de la rue de Carillon.

(Agence QMI)

«On a vu les policiers mettre un tapis à clous au sol, a dit Nathalie Girard, qui a assisté en direct à la scène. Je ne sais pas si c'est en voulant éviter le tapis ou les voitures de police, mais le gars a perdu le contrôle et a fait plusieurs tonneaux.»

Le véhicule du fuyard a terminé sa course sur le toit, au fond d'un fossé.

Long couteau

Selon nos informations, les policiers se sont précipités vers la voiture pour aller porter secours au conducteur. Mais ce dernier aurait réussi à sortir de la carcasse du véhicule par une fenêtre et se serait ensuite rué vers les agents en brandissant un long couteau.

Quatre policiers ont alors ouvert le feu en sa direction, l'atteignant à de nombreuses reprises.

«Sur le coup, j'ai pensé que c'était un tournage de film, c'était irréel», a expliqué une autre femme qui a vu l'intervention dramatique se dérouler sous ses yeux.

D'après elle, «sept ou huit coups de feu ont été tirés» en direction de l'individu, qui n'a pas survécu à ses très graves blessures.

(Agence QMI)

«Le gars n'est pas sorti tout de suite de son véhicule, a raconté un autre témoin. Il a fallu que les policiers lui crient plusieurs fois de sortir. Il a rampé à l'extérieur de sa voiture, il s'est levé et a mis ses deux mains en l'air, mais à peine deux secondes. Il a ensuite foncé comme un taureau vers la policière qui a tiré vers lui.»

Aucun policier n'a été blessé lors des événements.

Deux immenses périmètres de sécurité ont été érigés pour protéger la scène du délit de fuite dans le parc de stationnement du centre commercial, ainsi que celle où la poursuite policière a pris fin.

Comme c'est toujours le cas lorsqu'une personne meurt lors d'une intervention policière, la ministre de la Sécurité publique du Québec, Lise Thériault a ordonné la tenue d'une enquête indépendante pour faire la lumière dans ce dossier. Celle-ci a été confiée à la Sûreté du Québec.

«Dans le cadre d'un reportage diffusé le 20 octobre 2014 à LCN, nous rapportions qu'un individu dénommé Martin Couture Rouleau avait été abattu par les policiers de Saint-Jean-sur-Richelieu après avoir prétendument blessé intentionnellement deux membres des Forces armées canadiennes. Malencontreusement, la photo d'un autre individu, Monsieur Jeffrey Turgeon, a été diffusée, alors que cet individu n'est aucunement en cause et qu'il n'est pas impliqué dans ces événements.»

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.