/regional/montreal/monteregie

Des centaines de résidents se recueillent

Quelques centaines de résidents de Longueuil se sont recueillis, vendredi soir, lors d'une vigile des plus émouvantes, tenue pour Jenique Dalcourt, cette jeune femme de 23 ans, qui a connu une fin tragique, mardi, sur une piste cyclable de Longueuil.

Outre quelques gémissements de gens visiblement dévastés, un silence absolu a régné durant l'événement.


(Crédit photo: Agence QMI)

«J'ai parlé à la mère cet après-midi. C'est très, très difficile pour la famille. Perdre un enfant, il y a quelque chose d'anormal là-dedans. Assassinée en plus, c'est horrible», a indiqué la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire.

Plusieurs personnes présentes ne connaissaient pas la victime personnellement, mais se sentaient tout de même interpellées par cette horrible histoire.

«C'est dégueulasse de finir sa vie de cette façon-là», a dit Marie-Soleil Leblanc-Gilbert, une résidente de Longueuil.

Sécurité sur la piste cyclable

Les résidents du Vieux-Longueuil ont évidemment été très affectés par cet assassinat. «Pendant les 48 heures qui ont suivi la tragédie, les gens semblaient craintifs», a ajouté la mairesse.

La Ville a pris certaines mesures, vendredi avant-midi, afin de sécuriser les citoyens. De l'éclairage a notamment été ajouté sur la piste cyclable.

Malgré les changements, certains résidents demeurent sur le qui-vive.

Selon eux, les lumières supplémentaires ont été installées uniquement autour de l'endroit où s'est produit le drame et l'entièreté du tronçon mériterait d'être éclairée davantage.


(Crédit photo: Agence QMI)

«C'est un endroit qui est super agréable, c'est très paisible, a indiqué Pascal Doucet, un utilisateur de la piste cyclable. Les gens se saluent. Mais là, il y a un sentiment de sécurité qui vient de tomber avec tout ça. Même avec les nouveaux lampadaires, tu fais un kilomètre et tu tombes dans le noir.»

Jenique Dalcourt, 23 ans, rentrait chez elle à pied après le travail quand elle s'est violemment fait attaquer avec une «arme contondante», mardi soir.

Un passant a contacté le 911 après avoir découvert le corps de la victime gisant au sol, entre le chemin de Chambly et la rue de Normandie, non loin du cimetière.

Les auteurs de cette sauvage agression n'ont toujours pas été retracés par les autorités.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.