/news/culture

Jian Ghomeshi dépose une poursuite de 55 M$ contre CBC

Affaire Ghomeshi

TVA Nouvelles

L'animateur vedette de CBC Jian Ghomeshi a déposé une poursuite de 55 millions $ contre son employeur lundi après-midi, suivant son congédiement survenu dimanche. Il affirme que CBC l'a licencié par peur de la perception du public concernant son penchant pour le BDSM. M. Ghomeshi qui animait la populaire émission Q poursuit la société d'État pour 25 millions $ pour bris du lien de confiance, 25 millions $ pour diffamation et 5 millions $ en dommages punitifs.

Dimanche, CBC avait annoncé que Jian Ghomeshi ne travaillait plus pour la société d'État. «À la lumière d'informations qui nous sont parvenues, le bon sens empêche CBC de poursuivre sa relation avec Jian Ghomeshi», a affirmé le porte-parole de CBC Chuck Thompson. Le célèbre journaliste culturel de 47 ans a répondu par la voix de ses avocats qu'il allait poursuivre CBC.

L'affaire est devenue virale lorsqu'il a publié sur Facebook, dimanche soir, une longue diatribe dans laquelle attribue son licenciement à ses pratiques sexuelles osées et admet s'être adonné à des pratiques sexuelles «brutales» comme des jeux de rôles, la domination ou la soumission. Tout au long de son plaidoyer, il affirme qu'en tout temps les ébats sexuels et jeux de rôles étaient consensuels.

«En me congédiant, CBC a posé un jugement moral sur les pratiques BDSM [bondage, discipline, sadisme, masochisme]», peut-on lire dans les documents de la poursuite.

Quatre femmes l'accusent

Le Toronto Star a publié un reportage-choc lundi dans lequel trois femmes qui ont eu des relations intimes avec Jian Ghomeshi affirment avoir été agressées physiquement par l'animateur.

Une quatrième femme, qui n'a jamais été en relation avec M. Ghomeshi, mais qui était une collègue de travail, a dit au quotidien qu'il l'avait harcelé sexuellement au travail.

Selon les témoignages des trois premières femmes rencontrées par le quotidien au cours d'une enquête qui a débuté il y a deux ans, Jian Ghomeshi les a frappées avec son poing, les a mordues, les a étouffées jusqu'à ce qu'elles perdent pratiquement connaissance. Elles disent qu'il les a bâillonnées à un point où elles avaient de la difficulté à respirer et les a dénigrées et insultées verbalement pendant et après la relation sexuelle.

En ce qui concerne la collègue de travail de l'animateur de CBC, il lui aurait empoigné une fesse et lui aurait murmuré des obscénités. Elle se serait plainte à son représentant syndical. Elle aurait ensuite rencontré un des responsables de l'émission de Jian Ghomeshi concernant cet incident, mais l'affaire en est restée là.

Pas de plainte à la police ou au syndicat

La Guilde canadienne des médias (CMG), dont font partie Jian Ghomeshi et les employés qui travaillent sur son émission, a affirmé lundi qu'elle n'a jamais reçu de plainte contre lui.

«Nous n'avons aucun dossier, aucun document de qui que ce soit qui aurait porté une plainte officielle de cette nature contre lui», a dit la présidente nationale de la CMG, Carmel Smyth, ajoutant que les plaintes de harcèlement sexuel étaient prises au sérieux dans l'organisation syndicale.

De plus, selon une source policière de Toronto, aucune femme n'a porté plainte contre lui.brbrReplacementbrbr Les quatre femmes ont affirmé au Toronto Star vouloir garder l'anonymat, car elles ont peur d'être poursuivies ou d'être victimes d'intimidation ou de harcèlement sur l'internet, explique le quotidien torontois.

Les victimes alléguées ajoutent que, comme elles ont discuté dans des messages textes de leur fantasme de jeux de rôle et pratique BDSM, elles craignent que ces messages soient utilisés contre elles. Aucune d'entre elles n'a communiqué avec la police.

L'avocat de Jian Ghomeshi a d'ailleurs dit au Toronto Star qu'il avait entre les mains des messages envoyés par les femmes qu'il croyait être les sources dans l'enquête, et que ces textes discréditeraient leurs témoignages.

En septembre, le journaliste culturel a dit au Toronto Star qu'il ne comprenait pas pourquoi le journal insistait pour donner suite à ces allégations puisque son avocat lui avait déjà dit que «rien de cela n'est vrai».

 

 

Q

continue

CBC a mentionné que pour le moment la populaire émission

Q

continuerait, même sans Ghomeshi. «Je sais que pour les fidèles auditeurs de l'émission, c'est une journée très difficile, a dit lundi l'animateur intérimaire Brent Bambury.