/news/law

Le père de l'enfant a «pris un risque»

Filature mortelle à Longueuil

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a indiqué vendredi qu'il ne détenait pas assez d'éléments de preuve pour établir hors de tout doute raisonnable que le policier impliqué dans la collision qui a causé la mort d'un enfant de 5 ans, en février dernier, à Longueuil, a commis une infraction pouvant justifier une condamnation.

Le porte-parole du DPCP, René Verret, a expliqué en point de presse que le fait que le policier circulait à plus de 120 km/h dans une zone de 50 km/h ne suffisait pas pour conclure qu'il était coupable de conduite dangereuse.

«Cet homme-là, et je le dis avec tout le respect, a tenté de traverser malgré qu'il savait qu'il avait un feu prioritaire, a indiqué M. Verret. Au moment où le père a traversé, où il s'est engagé, le véhicule du policier était à 34 mètres de là. Ce qui est bien peu.»


(Crédit photo: Agence QMI)

Dans un geste exceptionnel, le DPCP est intervenu publiquement vendredi pour justifier sa décision de ne pas porter d'accusation contre le policier, qui roulait pourtant à plus de 120 km/h dans une zone de 50 km/h.

Au-delà de la manœuvre effectuée par le père, René Verret a mentionné que la vitesse excessive du véhicule de l'agent de police au moment de l'impact et la conséquence de l'accident - la mort d'un jeune garçon - ne suffisaient pas à engager sa responsabilité criminelle.

M. Verret a mentionné que la conduite d'un policier ne devait pas être comparée à celle d'un citoyen ordinaire, mais à la conduite d'un policier placé dans la même situation. Il a fait valoir que les policiers étaient autorisés à dépasser les limites de vitesse si les circonstances le permettent étant donné qu'ils sont formés pour ce type de conduite.

M. Verret a fait remarquer que la chaussée était sèche et que les conditions climatiques étaient bonnes au moment de l'accident. Il a également précisé que le policier avait traversé l'intersection où l'accident a eu lieu alors que le feu était au vert.

Le DPCP a rappelé qu'«en droit criminel, le fardeau de preuve que doit rencontrer la poursuite est important puisqu'elle doit faire une démonstration hors de tout doute raisonnable de la culpabilité de l'accusé devant le tribunal». Les éléments qu'il avait à sa disposition n'étaient donc pas suffisants, à son avis, pour qu'il puisse enclencher des procédures judiciaires contre le policier.

Le DPCP a par ailleurs confirmé que l'agent de la Sûreté du Québec, qui était au volant d'un véhicule banalisé lorsque l'accident est survenu, effectuait une filature. «La Presse» a rapporté vendredi que le policier poursuivait Robert Parent, un ancien directeur du PLQ, dans le cadre d'une filature effectuée pour le compte de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Cette filature s'inscrirait dans «une enquête d'envergure reliée à de la corruption, à de l'abus de confiance et au financement occulte de partis politiques provinciaux». L'enquête impliquerait des élus provinciaux, des personnalités influentes du monde des affaires et hauts fonctionnaires.

M. Verret a fait valoir que les policiers étaient autorisés à dépasser les limites de vitesse si les circonstances le permettent étant donné qu'ils sont formés pour ce type de conduite.

Il a fait remarquer que la chaussée était sèche, que les conditions climatiques étaient bonnes et que le policier avait traversé l'intersection où l'accident a eu lieu alors que le feu était au vert.

Le porte-parole du DPCP a également laissé entendre que le conducteur de la voiture dans laquelle se trouvait la victime avait peut-être fait preuve de témérité en effectuant un virage à gauche, sans attendre le feu prioritaire et alors qu'un véhicule d'urgence s'amenait en sens inverse

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.