/regional/montreal/montreal

Fin des bibliobus à Montréal

Offre de lecture

Améli Pineda

Le bibliobus, un service de bibliothèque mobile en service depuis 1966, en est à ses derniers trajets dans les rues de Montréal.

Les quatre arrondissements qui offraient ce service dans les zones moins bien desservies n'entendent pas le poursuivre en 2015.

L'abandon du projet s'est d'abord fait dans Rosemont-La Petite-Patrie pour des raisons budgétaires. L'arrondissement économisera 86 000 $ en ne le reconduisant pas.

«C'était un choix déchirant, mais dans le contexte actuel, il fallait couper, a expliqué François W. Croteau, maire de l'arrondissement. On devait prévoir l'achat d'un nouvel autobus et ça aurait augmenté les coûts d'immobilisation. Étant donné que tous les arrondissements n'ont pas été indexés, c'est difficile de continuer le service.»

M. Croteau a toutefois souligné qu'avec l'ouverture de la bibliothèque Marc-Favreau, près du métro Rosemont, les résidents peuvent toujours compter sur une offre de lecture importante.

Les arrondissements de Villeray, Ahuntsic et Saint-Laurent économiseront respectivement un peu plus de 30 000 $.

En 2013, ce sont plus de 20 000 emprunts qui ont été effectués à bord de cette bibliothèque mobile.

D'autres initiatives verront cependant le jour pour que les citoyens disposent d'une offre de lecture.

Du côté de la Ville-centre, on dit respecter les décisions des arrondissements de cesser le service. «On ne remet pas en question leur choix, mais on ne portera pas le blâme.

Rosemont a été un des arrondissements a bénéficié de la réforme du financement», a indiqué Pierre Desrochers, président du comité exécutif de la Ville.