/news/homepage

Grandes manifestations contre l'austérité

Des milliers de personnes à Montréal et Québec

Plusieurs milliers de manifestants ont marché dans une ambiance très festive dans les rues de Montréal et de Québec, samedi, afin de dénoncer les mesures d'austérité du gouvernement Couillard.

L'événement, organisé par le collectif «Refusons l'austérité», a réuni des politiciens, des syndicats, des étudiants, des pompiers, des enseignants, et plusieurs autres groupes.

À Montréal seulement, plus de 10 000 personnes ont marché dans les rues du centre-ville au plus fort de la marche.

De nombreuses personnes brandissaient fièrement des affiches. On pouvait y lire, notamment, «Ne sabote pas le réseau des CPE!!!» ou encore «Une éducation en santé, c'est un puissant moteur économique».

(Crédit photo: Agence QMI)

«C'est vrai qu'il faut couper, mais il y a des façons de le faire. Présentement, les coupes sont trop drastiques. Le gouvernement Couillard veut faire ça trop vite», a indiqué Jean-Claude Hétu, un participant.

«De l'argent, il y en a ailleurs, a souligné Lucie Léger, une manifestante. Il faut juste aller la chercher. On s'est battu pour nos programmes sociaux au fil des ans et là on détruit l'universalité des services dans tous les secteurs, que ce soit en éducation ou en santé.»

«Monologue antisocial»

En matinée, avant le début de la marche, différents porte-parole du collectif «Refusons l'austérité» ont tenu un point de presse à la Place du Canada, le point de départ de la marche de Montréal.

«Au lendemain de son élection, M. Couillard nous a appelés au dialogue social, mais depuis, on a plutôt droit à un monologue antisocial», a indiqué Daniel Boyer, président de la FTQ lors d'un point de presse à la Place du Canada.

«Les personnes les plus vulnérables sont délaissées par le gouvernement qui se déresponsabilise de sa mission sociale, a précisé Marie-Hélène Arruda, coordonnatrice du Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi (Masse). Ces gens-là se tournent vers des organismes qui sont sous-financés et qui en plus seront coupés dans les prochaines années.»

(Crédit photo: Agence QMI)

Selon le président de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Jonathan Bouchard, le gouvernement s'est attaqué sans arrêt à la population après huit mois au pouvoir, plutôt que de faire du Québec une société plus prospère et plus égalitaire.

Politiciens présents

De nombreux politiciens, dont plusieurs députés du Parti québécois, ont pris part aux deux rassemblements, tant à Québec qu'à Montréal.

Le député péquiste de Terrebonne, Mathieu Traversy, a estimé que l'austérité n'était pas un prétexte pour détruire le modèle québécois. «Les libéraux disent qu'ils écoutent la population, a-t-il mentionné. Je ne sais pas qui ils écoutent, mais selon ce que j'entends dans la rue, ils ne se sentent pas écoutés.»

Son collègue de Rosemont, Jean-François Lisée, est d'avis qu'«il faut augmenter les revenus parce que si on fait juste couper, on creuse un trou d'où on ne peut pas sortir».

Le chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu, a également marché aux côtés des manifestants. «Il faut dire aux gens que pendant qu'il y a des mesures d'austérité à Québec, il y a des milliards $ de surplus au fédéral, a-t-il dit. Au lieu d'écraser la classe moyenne, Philippe Couillard devrait venir revendiquer de l'argent à Ottawa.»

Spectacle

Vers 14 h, les manifestants réunis à Montréal ont commencé à se disperser. D'autres se sont rejoints au Quartier des spectacles.

La prestation de Yann Perreau, qui est monté sur scène du côté de Québec, a été transmise sur un écran géant. Daniel Boucher a ensuite pris soin de faire bouger la foule rassemblée à la Place des Festivals, le temps de quelques chansons.

Du côté de Québec

Dans la Vieille Capitale, plusieurs milliers de manifestants ont aussi marché dans les rues afin d'envoyer un message au gouvernement. «L'heure est grave. Nous dénonçons l'appauvrissement qui sera causé par les coupes de 6 milliards $ sur deux ans», a indiqué l'un des membres du collectif «Refusons l'austérité», Serge Petitclerc.

Plus d'une trentaine d'autobus sont arrivés tôt en ville pour l'événement. Un participant a trébuché et a été transporté à l'hôpital pour une fracture du nez.

Le député de Chicoutimi, Stéphane Bédard, était présent. «Philippe Couillard a menti à la population, en campagne électorale, lorsqu'il a dit qu'il allait développer le réseau des services de garde et limiter l'augmentation des tarifs à l'indexation. Or, il a modulé les tarifs et freiné la création de places attendues par les parents partout au Québec. Les familles québécoises sont déçues de ces promesses brisées et inquiètes pour la suite des choses.»


Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings