/regional/montreal/monteregie

«Je sais qu'elle est morte, mais c'est inacceptable»

La mère de Jenique Dalcourt se remet très difficilement du meurtre de sa fille survenu il y a un mois et demi à Longueuil.

«Même aujourd'hui, je sais qu'elle est morte, mais c'est inacceptable», a-t-elle raconté à TVA Nouvelles.

Monique Dalcourt ne comprend toujours pas ce qui s'est passé. Elle attendait sa fille à la maison le 22 octobre. Jenique était à quelques minutes de chez elle lorsqu'elle a été tuée.

«Ils m'ont laissé savoir que Jenique était morte et il fallait que j'identifie ma fille», ajoute Mme Dalcourt.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

Sa fille aînée de 23 ans a été battue à mort sur une piste cyclable. Le seul suspect, un homme de 26 ans, a été relâché, faute de preuves. Les policiers attendent toujours des résultats d'ADN.

Le beau-père de la jeune femme est rongé par la frustration et la peine. Pour lui, ce qu'il y a de plus difficile, en plus de l'absence, c'est qu'il n'y a toujours pas de coupable.

«Je veux pas n'importe qui comme coupable, je veux le coupable, après je vais pouvoir passer à autre chose», dit-il.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

La famille demande aux personnes qui pourraient détenir des informations de se manifester.

En attendant de trouver le coupable, la mère de Jenique continue de se rendre presque chaque jour sur la piste cyclable pour se rappeler sa fille.

«Pour moi, c'est comme si je pouvais me joindre à elle un peu. Sa présence. Je sais qu'elle n'est plus là, mais. C'est pour moi et, en même temps, c'est pour le monde autour, pour ne pas qu'il oublie. Parce que je ne veux pas que ça soit oublié», conclut-elle.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.