/regional/montreal/montreal

Nouveau départ pour des jeunes de la rue

Un toit pour Noël

Quinze jeunes sans-abris et deux familles en situation précaire auront un toit pour Noël, alors qu'ils s'apprêtent à emménager dans les nouveaux appartements de l'organisme Dans la rue sur l'avenue Aird, dans l'arrondissement de Mercier - Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal.

C'est le cas de Yannick Gaudreault, âgé de 26 ans, qui a commencé à vivre dans la rue il y a une dizaine d'années tout en ayant de nombreux démêlés avec la police.

«J'ai vraiment hâte de venir habiter ici parce que ça va enfin me sortir de la rue», a-t-il affirmé, alors qu'il visitait son logement pour la première fois, mardi.

Les responsables de l'organisme du célèbre père Emmett Johns «Pops» ont reçu, vendredi dernier, les clés de leur nouvelle bâtisse de 17 appartements qui accueillera des sans-abris âgés de 18 à 30 ans.

Une salle communautaire sera également aménagée au rez-de-chaussée.

Un nouveau départ

Pour Yannick Gaudreault, il s'agit d'une occasion exceptionnelle à ne pas rater pour se reprendre en main de façon définitive.

«J'ai fait des mauvais choix par le passé en me tournant vers la drogue et la criminalité. Je dormais à plein d'endroits différents, et là, c'est ma première chance depuis longtemps de vivre de façon stable dans un endroit sécuritaire», a-t-il expliqué, alors qu'il obtient présentement du boulot de façon occasionnelle avec une agence de placement.

«Avoir un toit à moi va m'aider à être plus stable pour pouvoir me chercher un vrai bon emploi», a aussi affirmé le jeune homme qui a malgré tout réussi à compléter un diplôme professionnel en installation de revêtement souple au cours des dernières années.

«J'ai postulé pour obtenir l'appartement après qu'une intervenante sociale m'en a parlé. J'ai aussi un ami qui était dans la rue avec moi qui déménage dans l'immeuble juste à côté. On va pouvoir s'entraider», a dit Yannick Gaudreault.

Réinsertion sociale

Les nouveaux locataires devront obligatoirement se prendre en main et payer le loyer avec 25 % de leur revenu.

«Trois intervenants iront rencontrer régulièrement les jeunes afin de les aider à gérer leur budget, faire leur épicerie et s'assurer qu'ils ne restent pas seuls dans leur appartement toute la journée sans avoir de projets», a expliqué Cécile Arbaud, directrice générale de l'organisme Dans la rue, qui veillera à meubler les logements le plus rapidement possible.

«Les jeunes qui ont été choisis devaient s'engager à faire quelque chose de leur vie. On veut mettre tous les atouts de leur côté pour qu'ils puissent vivre dans le logement, se stabiliser et ensuite aller dans un autre appartement», a expliqué Mme Arbaud. Il leur sera possible de vivre dans ces lieux pour une période maximale de 5 ans.

«Ils ont hâte de faire cette halte pour se remettre en mouvement», a ajouté Mme Arbaud.

Quelques locataires ont déjà commencé un suivi en santé mentale, trois sont inscrits à des programmes d'employabilité, deux vont à l'école et six vivent actuellement en refuge temporaire.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.