/news/homepage

Gel salarial et retraite repoussée

Québec dépose ses offres

Le gouvernement Couillard propose de geler le salaire des employés de l'État pour une période de deux ans. Il souhaite également repousser l'âge de la retraite de 60 à 62 ans.

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a présenté lundi les propositions de son gouvernement en vue des négociations portant sur le renouvellement de la convention collective des 570 000 employés du secteur public, qui arrive à échéance le 31 mars prochain.

Le gel salarial de deux ans proposé par Québec serait suivi d'une augmentation annuelle de 1 % durant les trois dernières années de l'entente. On est loin du 13,5 % d'augmentation sur trois ans demandé par les syndicats représentant les employés de l'État. Martin Coiteux avait déjà affirmé que ces demandes «venaient d'une autre époque».

Il a réitéré lundi que l'atteinte de l'équilibre budgétaire en 2015-2016 exigeait que chacun fasse sa part.

«Accepter les dernières demandes syndicales consisterait à augmenter de plus de 10,8 milliards $ la masse salariale de l'État sur une période de trois ans, a-t-il soutenu. Vous comprendrez que les Québécois n'ont pas les moyens de payer de telles augmentations dans les circonstances actuelles.»

Martin Coiteux a tenu à rappeler qu'il fallait ajouter à l'offre déposée lundi la majoration de 1% que recevront les employés de l'État le 31 mars en vertu des conventions déjà en vigueur.

Il a également précisé que son gouvernement ne toucherait pas aux augmentations liées à la progression des employés dans les échelles salariales. Selon M. Coiteux, environ 40 % des employés sont en progression salariale. Ces derniers verront leur salaire augmenter en moyenne de 3,6 % par année en sus des 3 % sur cinq ans proposés par son gouvernement, a-t-il mentionné.

Le président du Conseil du trésor a indiqué que les offres déposées lundi permettraient de dégager la marge de manœuvre nécessaire afin de proposer des hausses salariales aux employés de l'État au cours des prochaines années.

Repousser l'âge de la retraite

Martin Coiteux a également annoncé des mesures destinées à «consolider la pérennité» du Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP).

Québec souhaite faire passer l'âge de la retraite sans pénalité financière de 60 à 62 ans et augmenter de cinq à huit ans la période de référence servant à établir la rente de retraite. Le gouvernement propose également de faire passer de 4% à 7,2% la réduction applicable pour une prise de retraite anticipée.

Martin Coiteux a indiqué qu'il souhaite en arriver à une entente négociée de bonne foi. Il a invité les leaders syndicaux à être des «agents de changement». 

Incorrect or missing Brightcove Settings