/news/homepage

Les Cris arrivent à Montréal après 800 km de marche

Lutte contre l'uranium

Les jeunes marcheurs cris qui ont entrepris un périple de 850 km le mois dernier pour dénoncer l'exploitation de l'uranium sur leur territoire, sont arrivés à Montréal, lundi.

Sans plus attendre, la vingtaine de marcheurs du mouvement Ensemble contre l'uranium a mis le cap vers l'hôtel Hyatt Regency au centre-ville où se déroulaient les consultations sur les enjeux uranifères au Québec tenues par le Bureau des audiences publiques du l'environnement (BAPE).

«Au début, je voyais que ce serait difficile, mais je savais qu'on réussirait», a dit en entrevue Clifford James, de Waswipi. Tout au long du périple, le marcheur d'expérience âgée de 53 ans a été un motivateur pour les plus jeunes pour qui l'aventure était difficile.

«Ils ont eu mal, ils ont eu froid, ils ont eu peur d'échouer, mais maintenant je vous garantis qu'ils sont fiers et heureux», a-t-il dit.

Le Grand chef de la Nation crie, Matthew Coon Come, qui assistait aux audiences du BAPE, a aussi accueilli le groupe de marcheurs avec fierté.

«Le courage et la résolution des marcheurs Ensemble contre l'uranium font preuve, d'une manière claire et convaincante, de la détermination de notre peuple à protéger Eeyou Istchee (le territoire des Cris) des risques reliés à l'exploitation de l'uranium et aux déchets d'uranium, aujourd'hui et pour des générations futures, a souligné Matthew Coon Come.

Nous avons été heureux de constater que, lorsque les Québécois apprennent la vérité concernant l'uranium, ils se joignent à nous pour s'y opposer.»

Les marcheurs ont entrepris leur voyage à pied le 23 novembre à partir de Mistissini dans le Nord-du-Québec. Ils ont traversé Chibougamau, Roberval, le parc des Laurentides, Québec avant d'atteindre la métropole. Partout, l'accueil était très chaleureux, selon Clifford James.

Les militants cris espèrent que les Québécois de toute la province se sentiront interpellés par leur lutte contre l'uranium et se joindront à eux.