/news/law

Les 10 moments forts du procès de Magnotta

Michaël Nguyen | Agence QMI

Les jurés ont passé leur première journée de délibérations sans poser une seule question au juge. En attendant qu'ils en arrivent à un verdict unanime, Le Journal de Montréal propose une compilation des moments forts du procès de Luka Rocco Magnotta.

Moment embarrassant

La défense avait confronté le petit ami de Jun Lin avec des captures d'écran d'un film pornographique gai, sous le regard ébahi des jurés.

«Est-ce que je suis vraiment obligé de passer à travers ça?» a demandé Feng Lin, l'ancien copain de la victime.

Moment cocasse

L'avocat de la défense en a surpris plus d'un en exhibant au jury le support athlétique («jockstrap») usé trouvé dans les poubelles chez Magnotta. Quand Me Luc Leclair l'a tendu aux jurés, certains ont même eu un mouvement de recul...

Moment déchirant

Le père de Jun Lin a assisté à tout le procès, assisté d'une équipe d'interprètes chinois. Il avait son siège réservé dans la salle d'audience, mais il quittait la salle dès que le mot «images» était prononcé, afin d'être certain de ne pas avoir à regarder les atroces outrages commis sur le corps de son fils.

Moment drôle

Le pathologiste judiciaire Yann Dazé n'aimait pas que l'avocat de Magnotta manipule les éléments de preuve devant lui.

Surtout que tout ce qui avait été trouvé dans les ordures n'avait évidemment pas été lavé. Il a même refusé de boire son verre d'eau à proximité des objets «car il est contaminé».

Moment drôle

Le Français ayant hébergé Magnotta à Paris était évasif lors de son témoignage par vidéoconférence.

Sous l'insistance de la défense, il a fini par avouer que chez lui, tout le monde était obligé d'être constamment tout nu.

Moment fastidieux

Plutôt que de laisser la Couronne exhiber la scie oscillante utilisée lors du crime, la défense a choisi de prendre les devants en la présentant elle-même... en même temps que tout le contenu des poubelles trouvées sur le trottoir à côté de chez Magnotta. L'exercice a duré plus d'une journée.

«Je comprends, c'est une frappe préventive, mais est-on obligé de passer à travers tout ça?» a commenté le juge, exaspéré.

Moment surprenant

La même journée, le jury a sursauté quand Me Luc Leclair de la défense a fait retentir la scie oscillante en pleine salle d'audience.

Et juste après, l'avocat en a surpris plus d'un en frappant le mobilier de la salle d'audience avec le marteau utilisé par Magnotta pour démembrer Jun Lin.

Moment inattendu

Les plaidoiries de la défense n'ont duré qu'une heure. Et après 20 jours de témoignages d'experts, personne ne s'attendait à ce que l'avocat de Magnotta invite le jury à complètement ignorer tous les psychiatres-experts.

Moment dégueulasse

La célèbre vidéo du meurtre de Jun Lin a été montrée deux fois plutôt qu'une au jury. Si la Couronne a tout montré d'un trait, la défense a refait l'exercice, tout en arrêtant l'image à plusieurs reprises pour décrire ce qui apparaissait à l'écran.

Moment parlant

Toutes les vidéos de surveillance montrant l'attitude de Magnotta avant et après le meurtre de Jun Lin.

«C'est un cas unique», a même souligné le juge Guy Cournoyer.

Dans la même catégorie