/news/law

Tanya St-Arnauld pas impressionnée

16 mois de prison pour son ex-conjoint

Tanya St-Arnauld, qui a été aspergée d'acide par son ex-conjoint en août 2012 à Longueuil, n'est pas particulièrement impressionnée par la peine de 57 mois de détention imposée mardi à Nikolas Stefanatos.

La juge Hélène DiSalvo a entériné une proposition commune de la Couronne et de la défense.

Détenu depuis son arrestation le soir du drame, Stefanatos devra donc rester encore 16 mois derrière les barreaux. Cette peine est assujettie à une probation de trois ans, au cours de laquelle il devra respecter 17 sévères conditions.

 

(archives, Agence QMI)

 

«Seize mois, c'est pas énorme. Cinquante-sept mois moins le temps imaginaire, parce que c'est pas un temps réel le temps et demi, mais bon...», a commenté Mme St-Arnaud après le prononcé de la peine.

Elle a dit espérer que ceux qui ont des idées noires ne passeront pas à l'acte. «Et si quelqu'un répète ce geste-là, j'espère que la sentence sera le quadruple, parce qu'il ne faut pas que ça se reproduise», a répété la victime.

Stefanatos ne pourra pas entrer en contact avec Tanya St-Arnaud. Il devra également s'abstenir de consommer de l'alcool et de sortir dans les bars. La juge a noté que le coupable traînait depuis de nombreuses années des problèmes d'alcool et de drogue, pour lesquels elle a ordonné qu'il suive une thérapie.

Le détenu n'a pas réagi lorsque la juge a rendu sa sentence.

Il avait plaidé coupable à ces accusations, le 13 novembre dernier. Les gestes qui lui sont reprochés remontent à la nuit du 25 au 26 août 2012. À la suite d'une querelle, l'homme, alors âgé de 27 ans, avait aspergé Mme St-Arnaud de nettoyant acide pour béton, dans l'escalier menant à l'appartement du couple, à Longueuil.

Tanya St-Arnauld a été brûlée au troisième degré aux bras et au thorax, notamment. Elle a dû être plongée dans un coma artificiel et subir plusieurs greffes de peau.

«Je porte la tuque parce que, en dessous, je suis cousue de partout, mais ça va beaucoup mieux», a aussi tenu à rassurer Mme St-Arnaud, tout en se disant heureuse que la juge n'ait pas pris l'amélioration de son état de santé comme un facteur atténuant.

«J'ai été forte, j'ai été bien entourée et monsieur n'avait pas à être récompensé pour la force que le monde a su me donner, le public, ma famille, mes amis. Tout cela n'est pas venu atténuer le geste de monsieur...C'est venu m'apporter un petit réconfort.»

La Couronne avait souligné plusieurs facteurs aggravants dans cette cause, dont le fait que le drame s'est déroulé dans un contexte de violence conjugale, «qui a eu des conséquences majeures sur la victime».

La poursuite avait aussi insisté sur la réaction de l'accusé après le crime. Stefanatos s'est en effet sauvé, sans porter assistance à Tanya St-Arnauld, qui a dû se réfugier chez une voisine.

La jeune femme a été brûlée sur 19% de son corps.

La défense avait pour sa part insisté sur l'absence de préméditation dans ce crime. Au moment de la chicane, l'accusé et la victime se lançaient différents produits. L'accusé a aussi été blessé aux jambes, au visage, aux coudes et aux parties génitales, par l'acide qu'il a lui-même lancé.

La défense a aussi affirmé que le coupable avait amorcé une prise de conscience et une réhabilitation.

Dans son jugement, la juge Hélène DiSalvo a aussi salué la force et le courage de la jeune femme aujourd'hui maman d'un petit garçon.

 

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.