/news/law

Déclaration du père de Jun Lin

Condamnation de Luka Rocco Magnotta

Le père de Jun Lin était présent tout au long des procédures pendant le procès de Luka Rocco Magnotta. Mardi, une fois le verdict de culpabilité contre Magnotta prononcé, M. Diran Lin a présenté une lettre en cour, qui a été lue en anglais par son avocat.

En voici la traduction française:

J'ignore à qui je dois m'adresser, qui écoutera ou lira ceci, mais je veux dire quelque chose. Pour moi, pour la mère de Jun Lin, pour la sœur de Jun Lin.

Mon brave fils, mon fils brillant, rieur, attentionné, audacieux, élégant et fort. Mon fils populaire. Il n'est plus. Tu me manqueras pour toujours, Jun Lin.

Le soir où Jun Lin est mort, des parties de plusieurs autres personnes sont mortes d'une manière ou d'une autre. Sa mère, sa sœur et moi. Ses amis. Feng Lin.

En une soirée, nous avons perdu une vie entière d'espoir, notre avenir et des parties de notre passé.

Je peine à penser à autre chose, à me concentrer.

La mère de Jun Lin n'est plus bien. Elle n'a pas beaucoup souri ou ri depuis mai 2012. Elle ne travaillera plus.

La sœur de Jun Lin a voulu prendre soin de sa mère, mais elle aussi est incapable de travailler. Elle est triste. Elle a trop de responsabilités maintenant pour quelqu'un de si jeune. J'espère un jour qu'elle se portera mieux.

Mes souvenirs de Jun Lin ne s'arrêtent pas à sa jeunesse, mais maintenant je vis ces souvenirs par sa mort, la manière dont il est décédé, combien il a dû souffrir, combien humiliante est devenue sa mort avec un film, des colis postaux et seulement la version de l'accusé comme quoi ce n'était pas sa faute, mais la faute d'agents du gouvernement.

Je sais que l'accusé n'est pas ce que représente le Canada. Jun Lin aimait la Chine, mais il était aussi attiré par le Canada, vivre à Montréal, en français.

J'ai maintenant passé plus de temps au Canada, et je comprends pourquoi mon fils voulait vivre ici.

Savoir ce que mon fils manque en n'étant plus en vie dans votre pays est encore plus douloureux.

Je suis perturbé en sachant quels étaient ses plans, soit de rester ici et de partir en affaires, de vivre ici en permanence, de savourer votre langue, vos opportunités et votre air frais.

Chaque jour que je vis, je le vis avec le regret qu'il ne puisse profiter de tout cela, que son nom sera seulement associé à ce crime horrible et dégradant.

Ça me fait mal de constater que l'héritage de mon fils sera d'être connu comme une victime.
Il n'a pas seulement souffert lors de son meurtre, mais il sera humilié chaque fois que son nom est mentionné. Ça me blesse profondément, ça me blessera éternellement.

Ça me peine de savoir que les derniers mots que je lui ai dit étaient «sois prudent, mon fils». Je suis désolé de n'avoir pu être là pour le prévenir ce soir-là.

Je ne verrai plus son sourire lors de nos discussions en vidéo, ou l'écouter me parler de ses succès ou entendre son rire.

La fête de Jun Lin est le 30 décembre. Il ne sera plus jamais là pour sa fête ou les nôtres.
Dans la culture traditionnelle chinoise, un enfant vieillit pour prendre soin de vous lorsque vous devenez âgés. Un parent chinois dit : «养儿防老» (Yang (3) er(2) fang(2) lao(3)). «Avoir un enfant adoucira la vieillesse» ou «Élever un enfant prévient la solitude de la vieillesse».

Il sera absent pour moi ou pour la mère de Jun Lin lorsque nous serons vieux.

J'ai eu 60 ans au début du procès, tout comme la mère de Jun Lin quelques jours plus tard.

Nous n'avons eu en cadeau que de la souffrance, et nous ressentons la douleur pour sa petite sœur, Mei Mei.

Je croyais être en mesure de prendre ma retraite et de profiter de la présence de mon fils, avec moi, pour que je sente que je fus un bon père. Sa chaise est vide à la maison. Personne ne répond lorsque son téléphone sonne. C'est fini.

Je n'ai aucune capacité ou désir de vouloir n'importe quoi d'autre.

On me signale que l'accusé recevra la peine maximale en vertu du système judiciaire canadien pour l'un de ses crimes. Je suis reconnaissant de ce résultat.

On me dit qu'un prisonnier au Canada a le temps de réfléchir à son crime, de vivre avec les mauvais souvenirs, de peut-être regretter, d'être isolé de sa famille et d'être limité dans ses mouvements.

Ma compréhension est que son avenir ressemble au mien, à celui de la mère de Jun Lin et de la sœur de Jun Lin. Nous sommes privés de notre fils, et nous devrons passer le reste de notre vie à réfléchir.

Nous réfléchissons au crime, nous avons des regrets, nous n'avons aucun désir d'aller quelque part ou de voir du monde.

On m'informe aussi que pour les prochaines années, un prisonnier sera hébergé, il aura un lit, on va le nourrir, des médecins et des psychiatres seront disponibles pour l'écouter et lui donner des médicaments lorsqu'il leur dira qu'il se sent mal.

Personne ne nous hébergera, ne nous nourrira ou ne mettra des médecins à notre disponibilité.
Jun Lin ne sera plus là pour nous.

Nous ne voulons pas raconter notre histoire parce que ce serait si triste à répéter.

Nous ne pouvons pas vraiment parler de Jun Lin sans aborder son meurtre. Son assassinat ne nous a pas seulement volé Jun Lin, mais aussi notre habileté à penser et à parler de lui sans vivre de la souffrance et de la honte.

Je devais venir ici pour observer votre système judiciaire, pour que justice soit faite. Je repars satisfait que vous n'ayez pas laissé tomber mon fils.

Je suis venu apprendre ce qui est arrivé à mon fils ce soir-là, et je repars sans réponse véritable ou complète.

Je suis venu pour voir des remords, pour entendre des excuses présentées sous une quelconque forme, mais je repars les mains vides.

Diran Lin

Dans la même catégorie