/news/law

Pas de surprise concernant Magnotta

TVA Nouvelles

Coupable. Luka Rocco Magnotta, dont le crime a été médiatisé à travers le monde, croupira en prison pour au moins 25 ans. Les jurés ont unanimement décidé que le meurtrier de 32 ans avait soigneusement planifié l'homicide de l'étudiant Jun Lin, en mai 2012. Et leur décision ne surprend pas avocats et magistrats.

La juge à la retraite Nicole Gibeault n'est pas étonnée du verdict rendu ce matin au palais de justice de Montréal même si elle était un peu inquiète hier après sept jours de délibérations qui n'aboutissaient pas.

«On ne sait jamais avec un jury ce qui peut se passer. C'était long et il y avait eu beaucoup de documents de preuve présentés. De plus, le jury ne peut pas décider que M. Magnotta est coupable parce qu'il ne témoigne pas», fait remarquer celle qui officie à titre d'experte judiciaire pour TVA Nouvelles.

L'ex-magistrate fait aussi valoir que Magnotta, dont l'avocat souhaitait qu'il soit déclaré non responsable criminellement pour cause de troubles mentaux, a refusé de rencontrer les psychiatres de la Couronne. «Le juge devait le dire aux jurés», appuie-t-elle.

 

(Photo archives Agence QMI)

 

Huit jours, cinq chefs d'accusation

La criminaliste Danièle Roy n'est pour sa part pas surprise que les 12 hommes et femmes jurés aient mis huit jours à rendre leur verdict.

«Je ne trouve pas ça si long contrairement à ce que les gens ont dit. On a vu un délibéré qui a duré 18 jours dans une cause plus simple que celle-là récemment.»

«On a un individu qui a une histoire de maladie mentale documentée, il a été traité à de nombreuses reprises. Les jurés devaient tenir compte de ça. D'un autre côté, des éléments de preuve n'avaient peut-être pas été faits à la satisfaction du jury. La preuve de la défense basée sur le témoignage des psychiatres était peut-être un peu faible», ajoute l'avocate.

Achat d'une valise pour dissimuler le tronc de la victime, d'outils pour dépecer Jun Lin et d'un billet d'avion pour l'Europe, matériel pour filmer son crime, fausse identité, téléphone jetable, etc. Les éléments de préméditation se sont accumulés dans la preuve contre Magnotta. «Les jurés en ont tenu compte», soutient Danièle Roy.

Luka Rocco Magnotta, né Eric Clinton Newman, en plus du meurtre prémédité a aussi été reconnu coupable ce matin d'outrage à un cadavre, de production et distribution de matériel obscène, d'utilisation illégale de la poste et de harcèlement envers le premier ministre Stephen Harper ainsi que des membres du Parlement.

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Incorrect or missing Brightcove Settings

Dans la même catégorie