/buzz

Service de câlins à domicile à Montréal!

Entreprise Cuddle Me

Simon Dessureault

À l'instar de la ville de Portland aux États-Unis, il est maintenant possible de payer pour recevoir des câlins à Montréal si on est en manque d'affection.

Pour 90$ de l'heure, l'entreprise Cuddle Me offre le service depuis le 22 décembre. Le premier câlin s'est donné le jour de Noël.

«On a même eu un client qui a commencé à pleurer durant une séance de câlins parce que les émotions étaient trop fortes», a raconté Hasnain Mirza, le fondateur de Cuddle Me, aussi inhalothérapeute à l'Hôpital Royal-Victoria.

Adnana Popovici se rend chez les gens pour leur donner des câlins via le service Cuddle Me (Crédit photo: Archives Agence QMI)

«Il y a de moins en moins d'interactions physiques entre les personnes parce qu'ils échangent constamment sur les réseaux sociaux», déplore M. Mirza, expliquant que le câlin permet de libérer des hormones euphorisantes.

Lorsqu'un client entre en contact avec Cuddle Me via son site internet, M. Mirza signifie au demandant qu'il y a d'importantes règles à respecter et un contrat à signer dans lequel il est notamment stipuler qu'il n'y aucune forme de sexualité à attendre.

«Si le client tente quelque chose, le câlineur quitte aussitôt», a expliqué M. Mirza, mentionnant qu'il n'y a eu aucun incident déplorable jusqu'à présent.

«On parle 10 ou 15 minutes d'habitude, on fait des câlins pendant environ 30 minutes pour ensuite retourner à la conversation. On peut aussi écouter la télévision et faire autre chose», a indiqué pour sa part Adnana Popovici, une câlineuse de Cuddle Me de 28 ans qui étudie en psychologie à l'université.

Même s'il y a un contrat qui stipule que le client doit être en bonne santé, avoir pris une douche et porter des vêtements propres, Mme Popovici est consciente qu'elle ne sait pas nécessairement quel genre d'individu elle va rencontrer.

«J'étais stressé la première fois que j'y suis allé et je me disais que ce n'était peut-être pas une bonne idée. Mais après le premier client, j'ai réalisé que j'étais à l'aise là-dedans, même si la crainte fait partie de cela», a-t-elle dit.

Adnana Popovici se rend chez les gens pour leur donner des câlins via le service Cuddle Me (Crédit photo: Archives Agence QMI)

«Si la personne n'est pas propre et qu'elle sent mauvais, je vais partir c'est certain. Je fais ça d'abord et avant tout parce que j'aime donner de l'affection», a ajouté Mme Popovici.

Les câlineurs de Cuddle Me œuvrent dans le domaine de la santé ou de la psychologie.
Ils reçoivent une formation de plusieurs heures en lisant des livres sur l'art des câlins.

«On apprend aussi différentes positions de câlins. Ce n'est pas la même chose si on fait un câlin sur un fauteuil ou sur le lit. Il y a plus de possibilités sur un lit qu'ailleurs parce qu'il y a plus d'espace», a souligné Mme Popovici.

La plupart des gens qui appellent sont des gens célibataires âgés entre 25 et 70 ans.

Lundi, seulement cinq clients avaient utilisé le service depuis son lancement.