/news/world

«Nous sommes Charlie» partout dans le monde

Solidarité avec la France endeuillée

TVA Nouvelles

La Marseillaise chantée à Madrid, drapeau français à Londres, manifestants «ensemble contre la haine» à Bruxelles et pancartes «Nous sommes Charlie» un peu partout: des milliers de personnes en Europe et dans le monde ont tenu dimanche à dire leur solidarité avec la France endeuillée.

À Bruxelles, quelque 20 000 personnes ont marché, sous le slogan «Ensemble contre la haine», à l'appel d'un rassemblement citoyen. La tête du cortège réunissait des personnalités de la politique, des médias et du milieu associatif. Le dessinateur vedette Philippe Geluck (Le Chat) était aussi présent, ainsi que des représentants d'associations musulmanes et juives.

À Berlin, ils étaient 8 à 9000 devant l'ambassade de France, où des bougies et des fleurs avaient été déposées depuis mercredi. Bravant le vent et le froid glacial, beaucoup étaient venus en famille. On voyait des pancartes «Berlin ist Charlie» (Berlin est Charlie»), «La liberté d'opinion n'est pas négociable» ou encore «Surmonter la terreur», et même une caricature de Mahomet.

Berlin (Crédit photo: Agence France-Presse)

B erlin (Crédit photo: Agence France-Presse)

Dans la matinée, c'est Madrid qui avait donné le coup d'envoi, avec plusieurs centaines de personnes rassemblées Puerta del Sol pour observer plusieurs minutes de silence, avant d'entonner l'hymne français et de déployer un grand drapeau bleu-blanc-rouge.

«C'était un acte terriblement barbare, ils ont attaqué des valeurs universelles», déclarait Angel Freire, un enseignant espagnol retraité de 65 ans.

Les participants devaient ensuite rejoindre un autre rassemblement prévu devant la gare d'Atocha, théâtre des attentats islamistes les plus meurtriers commis en Europe, le 11 mars 2004, avec 191 victimes.

Ce rassemblement se fera à l'appel de la Fondation pour la culture arabe en Espagne. Plus de 50 mosquées et associations musulmanes ont prévu d'y participer. À Barcelone, un rassemblement était également prévu.

À Stockholm, ce sont 3000 personnes qui ont bravé la neige et des températures au-dessous de zéro - tout comme les quelques centaines à Oslo - pour venir brandir des stylos ou allumer des bougies, en une vigile silencieuse.

Stockholm (Crédit photo: Agence France-Presse)

«Il est important de soutenir la démocratie et la liberté d'expression», a expliqué à l'AFP Goeran Andersson, 72 ans. «Cela pourrait mener à une augmentation de l'islamophobie, c'est ce que veulent les fondamentalistes, diviser les gens. Mais je pense que la France et les autres pays ont très bien réagi».

Stockholm (Crédit photo: Agence France-Presse)

À Vienne, 12 000 personnes ont défilé. En Grèce, 500 personnes ont marché à Athènes sur la place Syntagma, au pied du Parlement, et un millier à Thessalonique, avec des pancartes en grec et en français, «"Eimai" Charlie», «Je suis Charlie».

«La tuerie à Paris était le 11 septembre de l'Europe, il s'agit d'une guerre des islamo-fascistes contre la démocratie», a déclaré à l'AFP l'architecte Melita Gourtzoyanni, venue manifester, estimant que «la clé pour résoudre ce problème c'est la position des musulmans modérés de l'Europe, qui doivent participer à cette lutte contre les jihadistes».

À Londres, plus d'un millier de personnes se sont réunies sur Trafalgar Square, dressant leurs crayons vers le ciel et munis de pancartes «Je suis Charlie».

D'autres manifestants avaient écrit «Je suis juif», «Liberté, égalité, cartoonité», ou encore «I am a british muslin» (je suis un musulman britannique) ou encore «Vive la France».

Trafalgar Square à Londres (Crédit photo: WENN.com)

Le vice-premier ministre britannique Nick Clegg était également présent, et à partir de 16H00 GMT, la mairie de Londres devait illuminer la façade de National Gallery, des fontaines de Trafalgar Square ainsi que le Tower Bridge aux couleurs du drapeau français.

Hors Europe, 500 personnes ont participé à une cérémonie d'hommage organisée par la mairie de Jérusalem, rassemblées devant un écran sur lequel était écrit en français «Jérusalem est Charlie».

En Afrique, 200 à 300 personnes ont manifesté à Bujumbura, la capitale burundaise, pour «un refus de la violence», a déclaré Alexandre Niyungeko, président de l'Union burundaise des journalistes (UBJ), au nom des médias qui ont organisé le rassemblement. «Ceux qui ont attaqué les collègues français nous ont attaqués aussi, ont attaqué le monde».

En Amérique, des marches silencieuses étaient prévues à Washington et New York, ainsi que dans plusieurs villes du Canada, pays lui-même touché en octobre par deux attaques menées par des jeunes radicalisés aux idées islamistes.

Dans la même catégorie