/news/law

Le plus haut tribunal du Québec entendra la cause

Sudation mortelle à Durham-Sud

Les avocats de Gabrielle Fréchette, Ginette Duclos et Gérald Fontaine pourront se faire entendre par la Cour d'appel.

Ils ont obtenu la permission mercredi matin de se faire entendre par un banc de trois juges dans le but d'en appeler des verdicts de culpabilité rendus le 8 décembre dernier par la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec.

Gabrielle Fréchette, Ginette Duclos et Gérald Fontaine ont été déclarés coupables de négligence criminelle causant la mort de Chantal Lavigne.

La femme de 35 ans a été victime d'un coup de chaleur et est décédée au terme d'une expérience de sudation à Durham-Sud en juillet 2011. La victime avait passé plusieurs heures, enrobée de boue, d'une pellicule plastique et de plusieurs édredons, une boîte de carton lui recouvrant la tête.

La juge avait conclu que les gestes posés par les organisateurs étaient dangereux et que les accusés n'auraient jamais dû soumettre les participants à une aventure aussi périlleuse.

L'un des principaux motifs retenus pour justifier que la cause soit entendue par le plus haut tribunal de la province concerne la notion de consentement: «La juge s'est appuyée sur l'Article 14 du Code criminel qui dit que «nul ne peut consentir à la mort» pour rejeter notre défense de consentement et le fait que les participants pouvaient quitter l'exercice quand bon leur semblait», mentionne l'avocat de Gabrielle Fréchette, Denis Lavigne.

Les avocats de défense prétendent aussi que les accusés n'étaient pas en mesure de prévoir le risque.

Il est peu probable que le dossier soit entendu avant 2016.

Entre-temps, les accusés devront se présenter en cour à Drummondville le 12 mai prochain pour l'étape des représentations sur leur peine.


Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.