/regional/quebec/quebec

Des citoyens défendent leur clinique de quartier

Basse-ville de Québec

Malgré un froid sibérien, un petit groupe de citoyens s'est regroupé spontanément devant la clinique médicale Saint-Valier à Québec.

Ils craignent de perdre ce point de service sans rendez-vous, le seul du genre dans ce quartier populaire de la basse-ville.

Ce regroupement, d'une dizaine d'usagers, comprenait notamment des personnes âgées et des personnes à mobilité réduite qui ont comme point commun d'être à revenus modestes.

Ils disent craindre de perdre ce service de santé de proximité, dès le printemps prochain.

« C'est important, la clinique est toujours pleine. Y ont réduit le nombre d'heures au départ et ça a énormément dérangé les gens » disait une manifestante.

« C'est essentiel dans un quartier populaire comme ici d'avoir rapidement accès à des services de santé» disait une autre, laissant planer le spectre d'être forcée d'aller aux urgences des hôpitaux en cas de fermeture de la clinique.

Voilà une conséquence bien réelle de la volonté du gouvernement Couillard de centraliser les services de santé. Appelé à commenter, le Ministre de la santé Gaétan Barette a rappelé l'importance pour son gouvernement de maintenir des services adéquats pour la population, plus particulièrement pour la clientèle vulnérable.

Le Ministre a précisé que deux Groupes de médecine familiale doivent voir le jour prochainement dans cette communauté.