/news/homepage

Le PQ veut un observatoire sur l'intégrisme

Charte de la laïcité

Charles Lecavalier

Le Parti québécois (PQ) exige des actions concrètes du gouvernement Couillard et demande la création d'un observatoire sur l'intégrisme.

«Il y a un Québécois qu'il l'a fait ici, à Saint-Jean-sur-Richelieu. Il s'est radicalisé et il a tué. On veut savoir pourquoi», a expliqué mercredi après-midi la péquiste Agnès Maltais, porte-parole pour la laïcité, durant un point de presse sur la lutte à l'intégrisme en marge du caucus présessionnel du PQ à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Elle va déposer un projet de loi à ce sujet lors du début de la session parlementaire, en février.

Le PQ s'inspire du projet de loi privé déposé par l'ancienne députée libérale Fatima Houda-Pepin, qui avait été exclue du Parti libéral (PLQ) en janvier 2014 pour sa dissidence sur le port des signes religieux par les employés de l'État. À l'époque, le PLQ s'y était opposé.

«La triste réalité des derniers mois» pourrait toutefois le faire changer d'avis, estime Mme Maltais.

En plus de ce projet de loi, la députée péquiste demande au gouvernement Couillard de «documenter» le lien entre certaines écoles religieuses, certains lieux de cultes et des mouvements intégristes.

Elle a cité en exemple un reportage du «Journal de Montréal», qui a révélé cette semaine que deux réseaux islamistes soupçonnés de financer des groupes terroristes sont devenus les plus importants propriétaires d'immeubles abritant des mosquées et des écoles musulmanes au Québec.

«Les résultats de cette enquête doivent être communiqués aux parlementaires», estime Agnès Maltais.

Le Parti québécois exige aussi du gouvernement Couillard de faire passer le programme pédagogique avant l'enseignement religieux puisque «l'éducation est fondamentale» dans ce dossier.

Agnès Maltais n'a toutefois pas voulu faire davantage de liens entre l'éducation religieuse et l'intégrisme religieux.

Incorrect or missing Brightcove Settings