/regional/montreal/montreal

Un règlement qualifié d'étrange

Rosemont-La Petite-Patrie

Un nouveau bar dans le quartier La Petite-Patrie aimerait servir de la nourriture, mais se retrouve bloqué par l'arrondissement, car la rue Saint-Zotique n'est pas considérée comme un secteur commercial.

«Nous aimerions avoir un permis de restauration, mais l'arrondissement nous dit que c'est contingenté», a affirmé Martin Rouleau, un des propriétaires du Yïsst.

Ce bar, qui est l'initiative des propriétaires du restaurant Sur Bleury et de la micro-brasserie La Succursale, doit ouvrir ce printemps à l'ancien emplacement du bar Au P'tit Buck sur Saint-Zotique.

Selon le règlement de l'arrondissement, dans les rues locales, les établissements à l'intérieur d'un rayon de 25 mètres d'un restaurant ne peuvent pas avoir de permis de restauration.

«Ce contingentement vise à limiter les nuisances dans certains secteurs résidentiels, a précisé la chargée de communication de l'arrondissement, Marie-Claude Perreault.

L'arrondissement veut encourager l'établissement des commerces sur les rues commerciales comme Saint-Hubert ou le boulevard Saint-Laurent.»

Règlement étrange

Les propriétaires du Yïsst trouvent que ce règlement, qui existe depuis 1994, est étrange et peu adapté.

«Il y a beaucoup d'activités sur la rue Saint-Zotique, particulièrement dans la zone où nous sommes, près de Saint-Hubert. Elle devrait être considérée comme une rue commerciale», croit Bernard Rouleau, un des propriétaires.

«C'est pertinent pour un bar de servir de la nourriture à côté», a ajouté Martin Rouleau.

Ils aimeraient obtenir une dérogation pour avoir un permis, mais rien n'est gagné.

«Une dérogation à la règle de contingentement irait à l'encontre de l'objectif, l'essence même de cette règle, a affirmé Marie-Claude Perreault. Ce serait donc difficilement envisageable.»

Les propriétaires comptent tout de même essayer de convaincre le maire de l'arrondissement François Croteau.

Quotas

Celui-ci avait déclaré il y a quelque temps être contre les quotas dans le monde de la restauration, car des quotas «nuiraient à l'innovation».

L'arrondissement a précisé qu'il n'y a pas de contingentement dans les artères commerciales et que le maire parlait de ces zones en particulier.

De son côté, le propriétaire de la salle de quilles située en face du Yïsst et qui possède un permis de restauration s'est montré très étonné par ce règlement. «Il y a plusieurs restaurants autour, a souligné Jacques Gratton. Je trouve ça surprenant comme situation. Si le bar sert de la nourriture, ça ne nous dérange pas du tout.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.