/regional/montreal/montreal

Contrats suspendus avec Adil Charkaoui

Cégeps de Maisonneuve et de Rosemont

Hugo Joncas

Les collèges de Maisonneuve et Rosemont ont suspendu jeudi leurs contrats de location de locaux avec l'École des compagnons d'Adil Charkaoui.

Bilel Zouaidia, l'un des six étudiants soupçonnés de s'être rendus en Syrie, avait fréquenté les cours offerts par l'École avant de partir, vers le 16 janvier, a confirmé la police de Montréal.

La direction du cégep de Maisonneuve dit avoir trouvé sur un site lié à l'École des liens vers d'autres sites et au moins un film contenant des propos haineux, sans donner plus de détails.

Quand elle a appris que l'un de ses étudiants vraisemblablement partis en Syrie avait fréquenté cette école, l'administration du cégep a décidé de scruter ses activités à la loupe.

«Il faut qu'on creuse et qu'on aille un peu plus loin, mais il nous est arrivé des informations qui permettent de croire que la discussion sera sérieuse» avec l'École, a indiqué Brigitte Desjardins, directrice des communications du Collège de Maisonneuve.

Les responsables des deux cégeps se sont rencontrés jeudi matin afin d'échanger des informations au sujet de l'école d'Adil Charkaoui.

Charkaoui a été longtemps surveillé par les Services canadiens de renseignements de sécurité à cause de soupçons de liens avec des organisations terroristes.

Le directeur général du collège de Rosemont, Stéphane Godbout, a souligné dans un communiqué que son institution «se soucie du contexte mondial actuel et du phénomène de la radicalisation».

«Nous faisons preuve de neutralité religieuse ; nous avons des étudiants de cultures et de pratiques religieuses différentes que nous respectons. Tous nos locataires doivent s'assurer du respect de nos règlements ainsi que de nos valeurs éducatives, et ce, dans le cadre de leurs activités et de leurs communications», a-t-il ajouté.